Bioaddict



Nocivité des ondes sur la santé : le doute est confirmé


Sommaire
1 - Nocivité des ondes sur la santé : le doute est confirmé
2 - Une réduction des expositions aux ondes électromagnétiques est préconisée
3 - Le signal d'alerte est lancé : les associations sont satisfaites
Publié Le 16 Octobre 2009 à 21h41
 
L'AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail) a rendu hier son étude sur les effets de la téléphonie mobile, en l'étendant aux autres ondes. Elle soulève des incertitudes quant aux effets pour la santé des radiofréquences et recommande de réduire les expositions au public. Les associations se félicitent de ce rapport dévoilant pour la première fois l' " incertitude scientifique " face au danger.
Depuis 2007, l'Afsset a été chargée de mettre à jour sa dernière étude (datant de 2005) sur les effets de la téléphonie mobile sur la santé . L'agence a étendu son analyse à l'ensemble du domaine des radiofréquences. Elle a passé en revu WiFi, Wimax, téléphones sans fil (à la maison), ou encore radio. Un comité d'experts a épluché 3 500 références publiées depuis quatre ans.

" Il était préconisé d'identifier avec la plus grande attention les préoccupations de la société civile et de contribuer ainsi au débat public sur ce thème ", note l'Afsset qui a montré que " le niveau de preuve n'est pas suffisant pour retenir en l'état des effets dommageables pour la santé comme définitivement établis ". Elle juge néanmoins que ces effets " constituent des signaux indéniables ".

Pour l'Afsset, le travail a fait se confronter les pensées des scientifiques, des parties prenantes et des lanceurs d'alerte.
" Les sciences humaines ont été prises en compte dans le processus d'expertise. Enfin, pour la première fois un observateur issu du monde associatif aura suivi l'intégralité des débats. "

Télécharger le rapport de l'Afsset .