Bioaddict



2011 : l'une des années les plus sèches en France depuis 50 ans

Publié Le 12 Décembre 2011 à 15h35
 
Avec une pluviométrie très faible au printemps et de fortes chaleurs, l'année 2011 a été désastreuse pour les sols français. Et 2012 ne se présente pas au mieux.
DOSSIER SPECIAL

La Commission de suivi hydrologique dite " Comité Sècheresse ",vient de se réunir au ministère du Développement durable pour faire le bilan de l'année 2011 et le point actuel sur les niveaux de précipitations, l'état des nappes phréatiques et des cours d'eau, bassin par bassin.

Il en ressort que les précipitations ont été très déficitaires sur une grande partie du pays, à l'exception du pourtour méditerranéen, entre septembre 2010 et avril 2011. La recharge des nappes s'effectuant pendant cette période n'a donc pu se réaliser correctement. Au 1er mai 2011, les nappes présentaient des niveaux bas, correspondant à une avance de un à deux mois par rapport à la normale. En outre, cette faible pluviométrie s'est accompagnée de fortes chaleurs (+2,5°C par rapport à la moyenne de référence établie sur la période 1971-2000), qui ont asséché les sols superficiels.

Heureusement pendant l'été 2011 les pluies ont été supérieures à la normale au nord d'une ligne Bordeaux-Strasbourg, à l'exception de la Bretagne, mais inférieures au sud, notamment sur les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. Ces pluies ont ainsi permis de stabiliser la situation, mais elles ont été globalement insuffisantes pour permettre un retour à une situation normale.

Au total, le bilan de l'année hydrologique 2011 (septembre 2010 - août 2011) effectué par le Comité Sècheresse est donc déficitaire de plus de 10 % sur l'ensemble du pays, notamment sur la Charente, la Dordogne et l'Aveyron où les déficits dépassent les 25 %, faisant de l'année hydrologique 2011 une des dix années les plus sèches depuis 50 ans.
Cette année succède à 3 années de déficit, fragilisant encore davantage l'état des nappes phréatiques.

Cette situation a ainsi conduit 78 départements à prendre des mesures de restriction pour adapter les prélèvements d'eau aux débits des cours d'eau et aux niveaux des nappes observés au cours de cette année.

Pessimisme pour 2012

Et comment se présente l'année 2012 ? Les experts de la Commission sont pessimistes car l'automne 2011 a été marqué par des précipitations très inférieures aux normales sur la quasi-totalité du territoire et particulièrement sur la façade ouest, le sud ouest et le nord-est. Seul le pourtour méditerranéen a connu des précipitations supérieures aux normales suite aux fortes pluies de novembre.

Ils estiment donc que les prochaines semaines seront cruciales pour la recharge des nappes et le bon fonctionnement des milieux.

Grace à un nouvel outil informatique, Propulvia, qui est opérationnel depuis juin 2011, de nouvelles cartes des mesures vont pouvoir être effectuées pour avoir une vision en temps réel de la sècheresse et permettre la mise en place de mesures de restriction plus précises et plus réactives.

Alexandre Sieradzy