Bioaddict



Agriculture: le bio s'impose comme le modèle à suivre


Sommaire
1 - L'agriculture bio : un strict cahier des charges
2 - Le bio : un moteur en marche
3 - Agriculture raisonnée et agriculture durable
4 - Certification environnementale : le pari sera-t-il tenu ?
Publié Le 4 Juillet 2011 à 14h42
 

Certification environnementale : le pari sera-t-il tenu ?

Initiée en 2007 avec le Grenelle de l'Environnement, et donc par le Ministère de l'Ecologie, la certification environnementale a enfin ses décrets (publiés le 21 juin au Journal Officiel). Le dispositif devrait être opérationnel au cours du second semestre 2011.

Pour le monde agricole, ce concept environnemental apportera plus de confusion qu'autre chose... Le Ministère de l'Ecologie ayant voulu appliquer cette démarche à l'agriculture, qui a déjà son ministère et qui est déjà engagée dans de nombreuses voies telle que le bio ou le raisonné. Sans compter que la question de l'incitation financière, un temps évoquée, ne s'est pas concrétisée.

La certification se fera en trois niveaux :

- Le premier niveau est obtenu si l'exploitant a réalisé un bilan démontrant que son exploitation satisfait aux exigences relatives à l'environnement et à la santé des végétaux et animaux mentionnés à l'article 5 du règlement n°73/2009/CE.

- Le second niveau, dénommé " certification environnementale de l'exploitation " s'appuie sur des obligations de moyens correspondant à des exigences environnementales figurant dans un référentiel établi par le Ministère de l'Agriculture. Parmi lesquelles : identifier et protéger les zones sur l'exploitation les plus importantes pour le maintien de la biodiversité ; adapter l'utilisation des produits phytopharmaceutiques ; stocker les fertilisants et en raisonner les apports ; optimiser les apports en eau.

- Le troisième niveau, qui permet l'utilisation de la mention "exploitation de haute valeur environnementale" atteste du respect, pour l'ensemble de l'exploitation agricole, des seuils de performance environnementale portant sur la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et de la ressource en eau. Ces seuils sont mesurés soit par des indicateurs composites, soit par des indicateurs globaux.

La Commission Nationale de la Certification Environnementale devrait être opérationnelle en septembre 2011, afin d'accompagner la mise en place de ces démarches.

Des équivalences devraient être possibles avec le niveau 2, totales ou partielles. Ainsi, selon le Ministère, les exploitations agricoles certifiées " agriculture raisonnée " auront l'équivalence avec le niveau 2. En ce qui concerne l'agriculture bio les décisions ne sont pas encore fixées.

Agriconfiance, une démarche privée pour un management de la qualité de la production agricole, devrait également avoir une équivalence totale ou partielle avec le niveau 2.

Caroline Chavigny

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le bio :
www.agencebio.org
wwwwww.chambres-agriculture.fr
Sur l'agriculture raisonnée : www.farre.org
Sur l'agriculture durable : wwww.agriculture-durable.org
Site du ministère de l'agriculture : www.agriculture.gouv.fr