Alerte Santé : des colliers antiparasitaires animaux interdits pour cause de toxicité

Publié Le 17 Avril 2012 à 18h34
 
L'Agence du médicament vétérinaire vient de retirer ou de suspendre l'autorisation de mise sur le marché de certains colliers antiparasitaires destinés aux chats et aux chiens car ils contiennent des pesticides toxiques pour la santé, celle des enfants notamment.
DOSSIER SPECIAL

Les pesticides font une nouvelle fois parler d'eux. Et c'est loin d'être fini. L'Anses, via l'Agence nationale du médicament vétérinaire, vient ainsi d'interdire ou de suspendre la commercialisation de nombreux colliers antiparasitaires pour chats et chiens qui contiennent des médicaments insecticides et acaricides contre les puces et les tiques et les poux, et dont les principes actifs sont le dimpylate, le propoxur, et le tétrachlorvinphos.

Le dimpylate (Diazinon) est absorbé par les voies respiratoires, la peau et les voies digestives. Selon la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST), ce produit est à l'origine de " fatigue, vision brouillée, myosis, céphalées, vertiges, troubles comportementaux, nausées, vomissements, crampes abdominales, transpiration, salivation, larmoiement, oedème pulmonaire, cyanose, perturbations de l'électrocardiogramme, convulsions, perte de contrôle des réflexes et sphincters, coma, arrêt cardiaque ". Il est retrouvé dans le lait maternel animal. Il est soupçonné d'être un perturbateur endocrinien.
Quant au propoxur (baygon), un insecticide à base de carbamate, sa toxicité aiguë se situe entre celle des pesticides organophosphorés et celle des pesticides organochlorés.

Enfin le tétrachlorvinphos est immunotoxique, potentiellement cancérigène et perturbateur endocrinien.

Rapport bénéfices/risques défavorable

L'Agence du médicament vétérinaire a procédé à une étude des colliers antiparasitaires qui contiennent ces pesticides ( biocides) afin de réévaluer les risques pour la santé. L'étude a été faite selon des scénarii d'exposition dits " défavorables ", ou " scénario du pire " car correspondant à des cas d'exposition maximale qui engendreraient les risques les plus élevés pour les utilisateurs.
Et elle en a conclu que " des risques potentiels en cas d'exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée chez l'utilisateur et plus particulièrement chez l'enfant ont été mis en évidence pour certains de ces colliers ", et que " le rapport bénéfices/risques de ces colliers était défavorable ".

Retrait immédiat

L'agence a donc décidé de retirer ou de suspendre les autorisations de mise sur le marché de nombreux colliers (voir liste ci-jointe). Cette décision entraine, dès à présent, le retrait de la vente des lots de produits correspondants chez les grossistes et les points de vente au détail jardineries animaleries et grands magasins.

L'Agence recommande aux propriétaires d'animaux de compagnie, chiens et chats, ayant recours à l'un de ces produits d'en cesser immédiatement l'utilisation. D'autres colliers sont disponibles sur le marché.


Hervé de Malières

Voir la liste des colliers antiparasitaires faisant l'objet d'une suppression d'AMM