Bioaddict



Alimentation bio : les effets bénéfiques pour la santé reconnus par les scientifiques

Publié Le 2 Novembre 2017 à 10h37
 
L'alimentation bio a des effets bénéfiques sur la santé comparée à l'alimentation conventionnelle, constate un rapport scientifique publié le 27 octobre. Ces effets sont directs comme un risque réduit d'allergies, d'obésité, de certains cancers, de maladies cardiovasculaires. Ils sont également indirects comme l'absence d'antibiotique en élevage bio qui évite le développement de résistances à ces médicaments devenues un problème majeur de santé publique.
Un rapport scientifique publié le 27 octobre confirme que l'alimentation bio a des effets bénéfiques sur la santé comparée à l'alimentation conventionnelle.

 

A la demande du Parlement européen, des scientifiques ont réalisé la plus vaste revue des études existantes sur les effets sur la santé d'une alimentation bio. Elle recense les effets positifs des aliments bio et les effets néfastes évités des aliments non bio. Elle a été publiée le 27 octobre dans la revue scientifique Environnemental Health.

Dans ce rapport, les scientifiques rappellent que les résidus de pesticides dans les aliments constituent la principale source d'exposition de la population. Des analyses montrent qu'une forte consommation de fruits et de légumes est corrélée à la présence de pesticides dans les urines alors que la consommation fréquente de produits biologiques est associée à une concentration plus faible de pesticides urinaires. Le rapport montre également que l'excrétion urinaire des pesticides est nettement réduite après seulement une semaine seulement de consommation d'aliments bio.

L'importance d'une alimentation bio pendant la grossesse et l'enfance

Selon les études, les risques de surpoids et d'obésité sont moindres en consommant bio, ce qui n'est pas seulement dû à une meilleure hygiène de vie des consommateurs de produits bio. Les risques d'eczéma et d'allergies sont également moindres, lorsque la consommation de produits bio a été fréquente ou exclusive pendant la grossesse et l'enfance.

Autre point positif : les expérimentations animales prouvent que des aliments bio de même composition que des aliments non bio, ont de meilleurs effets sur la croissance et le développement. Des études épidémiologiques humaines vont dans le même sens, constatant " des effets néfastes de certains pesticides sur le développement cognitifs des enfants aux niveaux d'exposition actuels ".

Moins de produits toxiques et plus de bons nutriments

Une seule étude à ce jour s'est intéressée à l'effet d'une alimentation bio sur le cancer. C'est peu. Menée sur un large échantillon -plus de 600 000 personnes- de femmes britanniques d'âge moyen, elle observe " une réduction significative " du risque de lymphome non hodgkinien, un cancer rare. Le lien entre lymphome non hodgkinien et pesticides est officiellement établi en France : un décret de 2015 reconnaît ce type de cancer comme maladie professionnelle liée à l'emploi de certains pesticides.

Enfin, la composition des produits bio est meilleure. Des études ont montré que la teneur en composés phénoliques des fruits et légumes bio est plus élevée. Les produits laitiers et la viande bio contiennent jusqu'à plus 50% d'acides gras Oméga 3 qui préviennent les maladies cardiovasculaires. Quant aux céréales bio, elles sont moins contaminées par le cadmium qui appartient à la classe des métaux lourds et provient des engrais chimiques. Le cadmium est toxique, il s'accumule dans les reins et le foie.

L'élevage bio évite la résistance aux antibiotiques

Pour les scientifiques, un point majeur de la production bio réside dans la stricte limitation des utilisations d'antibiotiques en élevage. L'utilisation préventive et massive des antibiotiques en élevage conventionnel est un facteur clef de l'antibiorésistance, explique le rapport. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 80% des antibiotiques utilisés aux USA sont consommés par les élevages industriels. L'Europe fait un peu mieux avec plus de 50% des antibiotiques quand même. La France, qui a fortement développé l'élevage industriel, détient le record de résistance aux antibiotiques.

Le problème est devenu si grave que le directeur général de OMS a déclaré en septembre 2017, à l'occasion de la sortie d'un nouveau rapport sur le sujet : " La résistance antimicrobienne est une urgence de santé mondiale qui va sérieusement compromettre les progrès de la médecine moderne. "

Des bénéfices aussi pour les travailleurs agricoles et les riverains des cultures

Pour les autres bénéfices, le rapport résume : " L'un des principaux avantages de la production d'aliments biologiques est l'utilisation restreinte de pesticides synthétiques, ce qui entraîne de faibles niveaux de résidus dans les aliments et réduit ainsi l'exposition des consommateurs aux pesticides. Il réduit également l'exposition professionnelle des travailleurs agricoles aux pesticides et les expositions à la dérive des populations rurales ".

A l'issue de cette revue, les chercheurs concluent que malheureusement, les effets directs et indirects sur la santé d'une alimentation biologique ou conventionnelle sont insuffisamment documentés. Il est nécessaire de mesurer les effets délétères des pesticides sur la santé en s'appuyant sur des études épidémiologiques, préconisent-ils. Le développement de la consommation bio va favoriser ce type d'étude.

Anne-Françoise Roger


Acceuil Biomap
LA GRANDE FERME
26, rue de la Salle Alimentation bio Supermarché bio Voir la fiche