Bioaddict



Alimentation : nos conseils pour un menu de Noël bio, écolo et de saison !

Publié Le 21 Novembre 2011 à 12h21
 
On peut être écolo et se faire plaisir durant les fêtes de fin d'année ! Pour donner à votre repas de réveillon de Noël de nouvelles couleurs et saveurs écologiques, retrouvez nos astuces et conseils.
DOSSIER SPECIAL

Un menu durable, ça existe vraiment ?

Oui ! Pendant la préparation des repas de réveillons et de jour de fêtes, vous pouvez agir pour la protection de l'environnement grâce au choix des produits qui le composeront. Ainsi, le choix de produits bio, de saison ou des produits locaux permettront de diminuer les émissions de CO2 émises pour le transport d'aliments hors saison mais également de réduire votre budget nourriture. He oui, en choisissant des marques autre que Monoprix, le bio ne revient pas forcément plus cher !

Pour en avoir le coeur net, vous pouvez consulter le dossier de presse réalisé par France Nature Environnement qui vous propose la comparaison de 2 menus : un menu composé de produits bio et un menu conventionnel. Le verdict est sans appel, pour une différence de 6 euros et de 11 kg de CO2/personne, on fait le choix du bio ! De plus, FNE montre que le bio n'est pas synonyme de privations gustatives, bien au contraire !

Oubliez la viande rouge, privilégiez la viande blanche

La viande à éviter absolument est le boeuf, et notamment le veau. L'élevage bovin est un des secteurs les plus émetteurs de carbone. Un morceau de veau de 100g émet 3,6 kilos de CO2 (alimentation de la mère et du veau, abattage et transport, sans compter la consommation d'eau nécessaire à l'élevage), soit autant qu'un trajet de 30 kilomètres en voiture.

Préférez alors la traditionnelle dinde ou un bon poulet issu de l'élevage bio en plein air.

Privilégiez les légumes de saison

Autre écueil: les légumes hors saison, comme les tomates, les aubergines, les courgettes, et les légumes importés (haricots verts du Kenya par exemple). Le transport, la culture en serres chauffées et arrosées, tout ceci pèse lourd dans le bilan carbone de l'assiette.

En revanche, le panais et le potimarron sont des légumes de saison, produits en France. Ils sont souvent délaissés par les consommateurs, alors qu'ils sont pourtant savoureux et donnent une touche d'origininalité à votre menu.

Si le poisson figure dans votre menu, pensez à :

  • Identifier les espèces à privilégier et celles à éviter grâce à un dossier disponible sur le site " Mes courses pour la planète " ou le catalogue de produits issus de la mer, proposé par le référentiel MSC (Marine Stewardship Council).

  • Choisissez du poisson certifié MSC, une organisation indépendante à but non lucratif qui a développé un programme de certification environnementale des pêcheries garantissant une pêche compatible avec le développement durable et le renouvellement des espèces.
  • Pour le saumon, choisissez du saumon d'élevage bio (sa couleur est normalement plus pale). Il est nourri à 30 % de végétaux bio (soja, céréales, etc.) et pour le reste de farines et d'huiles animales issues de déchets de poissons. Son cousin non bio est lui nourri de farines de poissons moins couteuses, principalement issues de la pêche (donc plus préjudiciable pour l'environnement).

Les bons labels alimentaires

Des labels comme Nature et Progrès, Demeter et AB garantissent une production plus respectueuse de l'environnement et/ou respectant des critères sociaux. Ils existent pour les produits alimentaires et sont répertoriés dans le mini-guide des labels (que vous pouvez imprimer et garder sur vous!).

Parce que Noël n'est pas Noël sans chocolats, n'oubliez pas qu'il existe une offre importante de chocolats issus du commerce équitable ou de l'agriculture biologique.

Qu'est ce qu'on boit ?

Choisissez jus de pomme, champagnes et vins bio. En effet, les cultures fruitières et viticoles sont parmi les plus traitées en agriculture conventionnelle. 15 à 30 traitements sont fréquents. En bio, il n'y a pas ces traitements aux pesticides. C'est donc meilleur pour l'environnement, pour la santé du producteur et du consommateur.

Pour les bulles, il existe du champagne biodynamiques (labellisé demeter), assez rare donc assez cher. Vous pouvez toujours le remplacer par une Clairette de Die bio, au petit goût de litchi.

Evitez le gaspillage

Recevoir un grand nombre de convives autour de votre table sera l'occasion de privilégier des produits en grand conditionnement plutôt qu'en portions individuelles, pour diminuer les emballages et donc les déchets.

Il faut savoir que 20 kg de déchets sont produits par personne chaque année en France : ce sont quelques 1,2 millions de tonnes de nourriture qui se retrouvent dans la poubelle des ménages. Pour éviter le gaspillage alimentaire, l'ADEME vous donne quelques astuces autour de 4 gestes forts (retrouvez les tous sur www.reduisonsnosdechets.fr) :

Pensez à bien conserver vos aliments : chaque aliment a sa place, au réfrigérateur, au congéla-teur, dans les placards, à l'air libre...

Essayez de cuisiner de manière astucieuse (cuisiner les quantités adaptées au nombre de personnes à table, veiller à utiliser en premier les produits devant être consommés en priorité...) et d'accommoder vos restes à la fin des fêtes.

Enfin, pensez à acheter malin, c'est à dire à ne pas faire beaucoup d'allé-et-retours domicile-magasin, et achetez les justes quantités.

Olivia Montero