Bioaddict



Bientôt du saumon OGM dans les assiettes des américains ?!

Publié Le 9 Septembre 2010 à 13h16
 
Une variété de saumon transgénique risque d'être autorisée pour la première fois à la vente aux États-Unis.
1/6
Comparaison de taille entre l'AquAdvantage...
Comparaison de taille entre l'AquAdvantage salmon et un saumon sauvage non génétiquement modifié au même âge.

Un saumon particulier va peut-être faire sa place dans les rayons alimentation des grandes surfaces aux Etats-Unis. Les américains risquent fort de déguster du saumon OGM pour les prochaines fêtes de Noël !

L'AquAdvantage salmon serait le premier animal transgénique au monde à être autorisé pour l'alimentation humaine

Les 19 et 20 septembre prochain, l'Agence américaine de régulation des médicaments et de l'alimentation (FDA) devra dire si elle autorise ou non à la production et à la vente une variété de saumon de l'Atlantique. Et pas n'importe quel saumon puisqu'il s'agit de l'AquAdvantage salmon, un poisson auquel a été inoculé un gène de croissance d'hormones importé du saumon royal (saumon Chinook), une autre variété de ce poisson de la côte est du Canada dont les Américains rafolent.

Quel est le " pouvoir magique " de ce saumon dopé ?

Normalement, le saumon ne produit l'hormone de croissance que lorsqu'il se trouve dans une eau chaude mais, avec la version transgénique, celle-ci est produite toute l'année accélérant ainsi sa croissance.

Selon la société américaine à l'origine de ce projet, AquaBounty Technologies, la modification génétique du saumon lui permet en effet d'arriver à maturation deux fois plus vite que le saumon sauvage, soit 18 mois au lieu des 36 nécessaires pour que le saumon atteigne sa taille de mise sur le marché.

Pour le reste, le poisson répondant au nom d'AquAdvantage, "est identique au saumon de l'Atlantique", indique la firme qui précise encore que " le saumon OGM n'est pas plus gros que son congénère non transgénique obtenu par la sélection classique et améliore la productivité. Elever et mettre en vente ce saumon permettrait de répondre à une demande croissante, tout en soulageant quelque peu la population de saumons sauvages ".

Quelles conséquences sur l'écosystème ?

Les groupes de défense de l'environnement et les anti-OGM craignent que l'AquAdvantage mette non seulement en péril ses congénères sauvages, au cas où quelques spécimens réussissent à s'échapper de leur élevage pour prendre le large et se frayer avec des saumons sauvages, mais ouvre également la porte à la production et à la vente d'autres espèces au patrimoine génétiquement modifié.

Le Dr Jan van Aken a ainsi écrit pour Greenpeace International en janvier 2000 dans son document intitulé " Poissons transgénique : à contre-courant de la raison " :

" Un gène nouvellement introduit accroît le potentiel d'attraction reproductif d'un poisson transgénique en diminuant simultanément la viabilité de sa progéniture. Un petit nombre de poissons transgéniques pourraient in fine provoquer la disparition de populations sauvages bien portantes. Ceci a été récemment corroboré par des chercheurs de la Purdue University, aux Etats-Unis, qui ont découvert qu'un petit nombre de poissons transgéniques à croissance améliorée pourraient éliminer une grande population de poissons sauvages. Mettant l'accent sur le fait que la taille corporelle est une caractéristique importante du potentiel d'attraction reproductif pour beaucoup d'espèces de poissons, les chercheurs ont utilisé des modèles informatiques basés sur la recherche expérimentale et ont révélé que, à cause de l'avantage reproductif des poissons transgéniques à croissance améliorée, la caractéristique génétiquement modifiée sera transférée à la population naturelle, mais la viabilité réduite de la progéniture signifie que ce gène de Troie pourrait conduire à l'extinction. "

Mais la firme assure avoir pris des mesures "d'une ampleur inédite pour s'assurer que le poisson n'aura aucun contact avec les populations sauvages", notamment en élevant une espèce dont les femelles sont stériles, et uniquement dans des bassins installés sur la terre ferme. La FDA juge de son côté que la probabilité que les poissons s'échappent est "extrêmement faible". Selon son document, les américains peuvent donc s'attendre à ce que l'élevage de ces saumons n'ait pas "un impact significatif" sur la qualité de l'environnement .

Et du côté de la santé humaine ? Rien ne prouve que consommer de l'AquAdvantage "soit sûr pour les humains", plaide Jaydee Hanson, du Centre pour la sécurité alimentaire.

Plus généralement, analyse Jonathan Rosenfield, président de la fondation SalmonAID, "nous savons tous que l'appétit pour le saumon est grand, mais la solution n'est pas d'élever des variétés génétiquement modifiées pour en avoir plus. La solution est de travailler à raviver les populations de saumons sauvages".

Si les experts donnent le feu vert à la requête d'AquaBounty Technologies attendue depuis des années par la firme, ils devront ensuite dire s'il y a lieu de prévenir les consommateurs que le saumon qu'ils s'apprêtent à acheter est génétiquement modifié à l'aide d'une étiquette. La décision finale de la FDA ne sera connue que dans quelques semaines.

Jusqu'à maintenant, aucun animal transgénique n'a été autorisé par la Food and Drug Administration (FDA) à entrer dans la chaîne alimentaire humaine. L'autorisation de l'AquAdvantage serait donc une première... mais à quelles conditions ?

De l'autre côté de la frontière, les créateurs de l'Enviropig, un cochon modifié génétiquement " crée pour régler le problème du phosphore contenu dans les déjections ", né dans les laboratoires de l'Université de Guelph (Ontario) il y a 10 ans, espèrent l'approbation de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Lire "Le poisson sauvage n'est pas bio !"

Produire toujours plus, toujours plus vite... La course à la productivité continue ainsi.... En dépit des risques pour l'environnement et la santé... en dépit du bon sens... Et les Hommes fluo, c'est pour quand ?!!

Emilie Villeneuve

A lire aussi : OGM : un vrai danger pour notre santé ?