Bioaddict



Biodiversité : les insectes pollinisaient déjà il y a 100 millions d'années

Publié Le 22 Mai 2012 à 16h25
 
Une étude internationale pluridisciplinaire à laquelle ont participé des chercheurs du Muséum d'histoire Naturelle vient de révéler que la pollinisation des insectes existait déjà au temps des dinosaures. C'est une information capitale qui va permettre de mieux comprendre l'origine et le développement de la biodiversité.

C'est dans des morceaux d'ambre datant d'il y a environ 100 millions d'années, et qui ont été découverts au nord de l'Espagne dans des gisements d'ambre du Bassin Basque-Cantabrique (Crétacé inférieur, -100 M.a.), que les scientifiques ont découvert plusieurs specimen d'insectes miniscules couverts de grains de pollen.

L'étude à laquelle ont contribué André Nel, paléoentomologiste, et Patricia Nel, spécialiste des Thysanoptères (laboratoire " Origine, structure et évolution de la biodiversité " (MNHN/CNRS) du Département Systématique et Evolution du Muséum national d'Histoire naturelle), démontre pour la première fois de manière directe la pollinisation des plantes dominantes du Crétacé inférieur, les Gymnospermes (des plantes qui produisent des graines), par des insectes.

Ces travaux réalisés à partir d'inclusions conservées dans l'ambre et utilisant notamment la tomographie à rayons X assistée par informatique - réalisée au Synchrotron de Grenoble (ESRF) par Paul Tafforeau et son équipe-, indiquent également, explique le Museum d'Histoire Naturelle, l'existence de comportement social. Les découvertes suggèrent en effet que les insectes identifiés transportaient le pollen pour nourrir leurs larves (soin aux jeunes, forme de comportement appelé sub-social).

Ce phénomène est mis en évidence par l'existence de soies spécialisées avec une structure en anneau qui retiennent et permettent le transport du pollen. Les insectes étudiés, les thrips, sont de minuscules représentants de l'ordre des Thysanoptères qui sont aujourd'hui encore impliqués dans la pollinisation des Cycadales (comme les Cycas) et de plantes à fleurs (Angiospermes). Le spécimen le plus représentatif a été étudié en tomographie à rayons X synchrotron à l'ESRF pour explorer la distribution des grains de pollen sur le corps de l'insecte, en trois dimensions et à très haute résolution.

Les résultats ont été publiés le 15 mai 2012 dans la revue Proceedings of the National Academy of Science (PNAS).

Jeannine Czech