Bioaddict



good news

Carrefour ne veut plus vendre d'oeufs de poules élevées en cage

Publié Le 21 Décembre 2016 à 13h36
 
Carrefour vient de s'engager à cesser de vendre en France des oeufs de poules élevées en cage sous sa marque propre d'ici 2020 et pour tous les oeufs vendus dans ses magasins en France d'ici 2025.
Carrefour a annoncé le 21 décembre 2016 son engagement à cesser de vendre des oeufs de poules élevées en cage sous sa marque propre d'ici 2020 et pour tous les oeufs vendus dans ses magasins en France d'ici 2025.

 

La liste des acteurs de l'industrie agroalimentaire qui prennent des engagements concrets pour le respect et la protection des animaux s'allonge. "Après Schiever, Colruyt, Lidl, Monoprix, Système U, Aldi, le mouvement hors cage ne cesse de prendre de l'ampleur. Une révolution est en marche !" se réjouit l'ONG de protection des animaux CIWF après l'annonce le 21 décembre 2016 du géant de la grande distribution Carrefour de ne plus vendre d'oeufs de poules élevées en cage.

"Il est évident que d'autres enseignes et marques françaises vont suivre rapidement ces exemples. En Belgique, aux Pays-Bas ou en Allemagne, tous les supermarchés ont déjà banni de leurs rayons les oeufs de poules élevées en cages" commente Amélie Legrand, chargé d'affaires agroalimentaires pour CIWF France.

Les enseignes de la grande distribution française qui ont déjà décidé ne plus vendre d'oeufs de poules en cages sont Colruyt, ATAC, Maximarché et Bi1, Monoprix (effectif pour tous les oeufs), Système U (engagement d'ici 2020 pour la marque U), Aldi et Lidl (engagement d'ici 2025 pour tous les oeufs). Et le mouvement ne s'arrête pas à la grande distribution ! Les trois géants de la restauration hors foyer en France, à savoir Sodexo, Compass Group et plus récemment le groupe Elior, ont eux aussi décidé de bannir les oeufs de poules élevées en cage de leur approvisionnement.

Ces engagements sont le résultat de nombreuses années de travail de CIWF et d'autres ONG, militant toutes pour de meilleures conditions de vie pour les animaux d'élevage. La mobilisation des consommateurs a également bien-sûr énormément joué !

Après les oeufs, bientôt un étiquetage obligatoire pour les viandes et les produits laitiers ?

L'étiquetage obligatoire selon le mode d'élevage qui existe sur les oeufs est un succès et a permis la croissance des filières hors cage et aux consommateurs de faire des choix éclairés. 92% des Français demandent à ce qu'un tel étiquetage soit aujourd'hui étendu aux viandes et produits laitiers (source Qa Research, 2013).

A lire : Comment reconnaître un oeuf bio ? ce que veulent dire les numéros imprimés sur la coquille

Il faut savoir que la France est le premier producteur d'oeufs en Europe tout en étant le plus mauvais élève de l'Europe concernant le bien-être des poules : elle élève encore 68 % de ses poules pondeuses en cages (soit 32 millions) - contre 10% en Allemagne par exemple. Ainsi actuellement, seulement 32 % des poules françaises (soit 15 millions) sont élevées dans des systèmes alternatifs à la cage.

"L'objectif est d'augmenter cet effectif de 10 millions de poules en six ans, soit 2 millions de poules par an à partir de 2017, pour atteindre un taux de 50 % d'ici 2022" explique CIWF qui souhaite que le gouvernement s'engage à son tour en encourageant les professionnels de la filière française à agir pour le bien-être des poules, et en fixant des objectifs ambitieux, à l'instar de l'Allemagne, qui a annoncé l'interdiction des cages pour 2025.

Stella Giani


Acceuil Biomap
Bio c'Bon La Cerisaie
16 rue de la Cerisaie Alimentation bio Supermarché bio Voir la fiche