Bioaddict



Climat : 2018, année la plus chaude jamais enregistrée en France

Publié Le 2 Janvier 2019 à 12h02
 
2018 est l'année la plus chaude jamais enregistrée en France selon les relevés de Météo France, avec une température annuelle moyenne de 14 °C, supérieure de 1,4 °C à la moyenne de référence 1981-2010.
2018 est l'année la plus chaude jamais enregistrée en France selon les relevés de Météo France

 

Le bilan climatique provisoire publié le 21 décembre par Météo France montre que 2018 est l'année la plus chaude en France métropolitaine depuis le début des mesures en 1900, devant 2014 (+1,2 °C) et 2011 (+1,1 °C).

"Les températures maximales, supérieures aux normales de 1 à 2 °C, ont été particulièrement élevées sur le quart nord-est du pays où elles ont été en moyenne plus de 2 °C au-dessus de la normale" explique le rapport. "Après un mois de janvier au 1er rang des mois de janvier les plus doux, le mois de février a été frais suivi d'un mois de mars proche de la normale. Puis, depuis avril, les températures sont restées en moyenne plus élevées que la normale. L'été 2018 s'est classé au deuxième rang des étés les plus chauds derrière 2003, avec des températures supérieures aux normales de 2 °C."

D'avril à décembre, la France a connu cette année une séquence de 9 mois consécutifs au-dessus des normales; ce qui n'est jamais arrivé depuis le début des mesures.

En cause ? le changement climatique

"Les situations météorologiques ne peuvent expliquer à elles seules une année aussi chaude. Dans le cadre du changement climatique la température moyenne sur la France augmente régulièrement depuis plusieurs décennies. Sur les 10 années les plus chaudes, 9 se sont produites après l'an 2000 !" expliquent les scientifiques de Météo France.

Ce réchauffement climatique a déjà de nombreuses conséquences : des vagues de chaleur plus fréquentes, moins de neige l'hiver en moyenne montagne, de fortes pluies qui génèrent des inondations ou encore plus de surfaces impactées par la sécheresse... Ainsi, le pourtour méditerranéen et la Corse ont été bien arrosés en 2018 avec un excédent de précipitations de 30% à 60%. Durant l'automne notamment, les régions méridionales ont été frappées par des pluies intenses qui ont généré des crues rapides et des inondations localement dévastatrices. Alors que la pluviométrie a été déficitaire de 10% à 20% le long des frontières du Nord et du Nord-Est, voire localement de près de 30% en Alsace, Lorraine et Franche-Comté qui ont connu une sécheresse record au cours de l'automne. Le 27 décembre, Météo France notait également que l'enneigement en montagne était très faible aux altitudes moyennes, en dessous de 1400 m environ, et inexistant en dessous de 1000 à 1300 m, voire plus haut, selon le massif et l'exposition.

"La neige n'est plus au rendez-vous dans les massifs de moyenne montagne : Vosges, Jura et Massif central. Dans les Pyrénées et en Corse, elle fait simplement de la figuration, l'enneigement présentant un net déficit à toutes les altitudes. Ce sont les Alpes qui s'en tirent actuellement le mieux, surtout dans les deux-tiers nord, mais la pluie tombée jusqu'à haute altitude, puis le soleil et les températures très douces en journée ont rendu la neige souvent dure ou au contraire molle dans les versants bien ensoleillés" notent les météorologues.

Le bilan climatique de 2018 établi en décembre par Météo France est encore provisoire. De nouvelles données devraient paraître prochainement.

ME