Bioaddict



Coton : préférez le bio !


Sommaire
1 - D'où vient notre coton ?
2 - La culture la plus polluante au monde
3 - Le coton bio : une alternative écologique et sanitaire
Publié Le 21 Mai 2009 à 02h19
 
Le coton en Afrique
A l'échelle mondiale, l'irrigation concerne 55 % des surfaces cotonnières qui fournissent les trois quarts de la récolte mondiale ; 30 % des surfaces cotonnières sont irriguées en Inde, 43 % aux Etats-Unis, 75 % en Chine (source : CIRAD Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement).

La culture cotonnière est la troisième culture la plus consommatrice d'eau d'irrigation, après le riz et le blé, mais avant le maïs et les fruits et légumes . Environ 5 263 litres d'eau sont nécessaires pour produire 1 kg de coton. (Source : CNRS).

Outre le gaspillage de l'eau, la culture de cette plante nécessite énormément d'engrais et de pesticides.
" Les produits chimiques ont longtemps été la solution universelle aux problèmes posés par les insectes. Certains d'entre eux développent même des résistances à leur action. Malgré cela, dans certains pays, on continue à pulvériser beaucoup d'insecticides sur les champs de coton, jusqu'à 20 traitements par an ! " (Les dossiers du CIRAD 2008)

Par ailleurs, les usines textiles rejettent leurs eaux usées et contaminent ainsi les eaux de surface et souterraines. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, cette culture serait responsable de 22 000 morts par intoxication chaque année.

Dans de nombreux pays producteurs, les agriculteurs se tournent vers la lutte " intégrée " qui cumule plusieurs techniques à la fois pour réduire l'emploi des insecticides. Ce qui explique en partie le succès des cotonniers génétiquement transformés pour résister aux chenilles de la capsule, d'après le CIRAD. 80% du coton cultivé aux USA est génétiquement modifié (OGM ) (source : WWF).

Une fois le coton récolté, ses fibres sont lavées, filées puis blanchies, notamment au chlore. Le coton est ensuite teinté à l'aide de métaux lourds comme le plomb et le chrome. Or, ces substances peuvent provoquer des cas de cancers et de saturnisme. Pour finir, le tissu doit encore subir d'autres traitements chimiques, dont fait partie le cyanure, qui le rendront par exemple imperméable ou infroissable.