Bioaddict



bad news

Des températures extraordinairement chaudes en Arctique

Publié Le 30 Novembre 2016 à 16h35
 
Les températures sont extraordinairement chaudes en Arctique pour une fin de mois de novembre. La surface de glace pourrait atteindre un nouveau record à la baisse l'an prochain si elles restent élevées. Elles confirment un emballement du réchauffement climatique.

 

En Arctique, les températures de l'air et celle de la surface de la mer ont été extraordinairement chaudes pour une fin novembre, selon les observations des satellites et des stations météorologiques, rapporte le Guardian du 22 novembre. Si elles perdurent, la surface de glace l'an prochain pourrait atteindre un record à la baisse pour le pôle nord, selon les scientifiques. Habituellement, la glace se reforme à cette période de l'année.

Des chercheurs danois et américains sont surpris et alarmés de mesurer des températures de l'air d'environ 20°C au-dessus de la normale. Les températures de la mer sont en moyenne de presque 4°C plus élevées que d'habitude en octobre et novembre.

" La température est supérieure à la normale de 20°C sur la majeure partie de l'océan Arctique, avec des anomalies froides d'à peu près la même ampleur sur le centre-nord de l'Asie. Cela est sans précédent pour un mois de novembre ", a déclaré Jennifer Francis, professeure à Rutgers University, dans le New Jersey, aux Etats-Unis.

Actuellement, les températures sont de quelques degrés au-dessus de celle de la congélation alors qu'elles devraient être de -25°C, selon Jennifer Francis. " Ces températures sont littéralement hors des schémas connus pour cette époque de l'année (...). L'Arctique a battu des records toute l'année. C'est surprenant, mais aussi effrayant ", a-t-elle dit.

Rasmus Tonboe, expert en télédétection de glace marine à l'Institut météorologique danois de Copenhague, a déclaré : "Les températures de surface dans les mers de Kara et de Barents sont beaucoup plus chaudes que d'habitude. Cela rend très difficile la formation des glaces en mer ".

Le record à la baisse de la surface de glace à l'été 2016 était dû à un automne précédent plus chaud qu'habituellement. " Cela a permis aux courants de se renforcer et de transporter plus de chaleur et d'humidité vers les latitudes arctiques, accélérant le réchauffement. C'est un cercle vicieux ", a-t-elle ajouté.

La glace, qui se forme et fond chaque année, a diminué de plus de 30% au cours des 25 dernières années. En 2016, elle est à son plus bas niveau jamais enregistré à fin novembre. Selon le Centre national de données sur la neige et les glaces (NSIDC) du gouvernement des États-Unis, la formation de glace depuis septembre est inférieure à la moyenne d'environ 2 millions de kilomètres carrés. Le niveau de glace est très en dessous de celui enregistré à la même période en 2012, qui était alors le plus bas connu.

Selon Jennifer Francis, le changement climatique est à l'origine de ces températures élevées. "C'était attendu. Il n'y a rien d'autre que le changement climatique qui peut causer ces tendances. Tout cela va dans le même sens et prend de la vitesse ", a-t-elle conclu.

Anne-Françoise Roger (d'après le Guardian)