Bioaddict



Didier Guillaume : " Je tiens au bio comme à la prunelle de mes yeux "

Publié Le 23 Janvier 2019 à 15h12
 
" Le bio, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux ", a confié le ministre de l'agriculture Didier Guillaume au site Bioaddict.fr lors des traditionnels voeux à la presse le 15 janvier 2019.
" Le bio, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux ", a déclaré le ministre de l'agriculture Didier Guillaume au journal Bioaddict.fr lors des traditionnels voeux à la presse le 15 janvier 2019.

 

Les traditionnels voeux à la presse, en janvier de chaque année, sont un moment ou les Ministres délivrent des messages, explicites ou en creux, volontairement ou pas. Ainsi dans son discours improvisé devant les responsables des Chambres d'Agriculture France (APCA) réunis à Paris le mardi 15 janvier 2019, le Ministre de l'Agriculture Didier Guillaume n'a même pas prononcé une seule fois le mot bio. Mais, interrogé par Bioaddict.fr, le Ministre a aussitôt tenu à souligner son engagement pour l'agriculture bio. " Le bio, a-t-il précisé, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux ".

A-t-il pour autant prévu de nouvelles mesures pour ce secteur d'activité ? Des aides spécifiques, fiscales ou sous forme de subventions ? Une baisse de la TVA pour encourager la consommation de produits bio ? Une meilleure répartition des subventions de la PAC pour aider notamment les petites et moyennes exploitations ?...

" L'agriculture bio se porte aujourd'hui très bien, a-t-il déclaré. Et je m'en réjouis. Je n'ai donc pas de voeux particuliers à formuler pour le bio ".

Rétablir la confiance

Toute son action va donc avoir pour but de réconcilier le monde rural et le monde urbain pour que la confiance revienne, aider les agriculteurs conventionnels à adopter de nouveaux modes de production plus respectueux de la santé et de l'environnement et d'imposer des limites dans les négociations commerciales menées par la grande distribution qui étrangle les agriculteurs, bio ou conventionnels, et en leur imposant des prix inférieurs aux coûts de production.

Miser sur la qualité du bio

Quant aux voeux formulés par Mr Claude Cochonneau, Président des Chambres d'Agriculture France, et par ailleurs agriculteur bio, ils rejoignent ceux du Ministre de l'Agriculture. Mais il insiste sur le fait qu'il est indispensable de continuer à privilégier la qualité. " L'image des produits agricoles français bio est aujourd'hui très bonne, estime-t-il. Il ne faudrait donc pas que la grande distribution, en continuant à faire pression sur les prix, pousse les agriculteurs bio à rogner sur la qualité pour rester compétitifs et ne pas faire faillite ".

Les négociations qui sont menées actuellement jusqu'à fin décembre 2019 entre les producteurs et les grandes surfaces vont donc être déterminantes. Mais le Ministre de l'Agriculture est bien décidé à " ne plus se laisser faire " en mobilisant le conciliateur des négociations commerciales et en faisant intervenir s'il le faut la Direction des Fraudes (DGCCRF). Et il rappelle aux acteurs de l'agro-alimentaire qui l'auraient oublié que lors des Etats Généraux de l'alimentation ils s'étaient engagés à "mieux répartir la richesse et la valeur"....

H de M


Acceuil Biomap
Baramel, gâteaux bretons bio
Ets La Messuzière Alimentation bio Petit producteur bio Voir la fiche