Bioaddict



Dossier spécial alimentation et produits bio : ce que garantit le logo bio européen

 

La réglementation en agriculture biologique, symbolisée par le nouveau logo européen, s'appuie sur les principes fondamentaux de l'agriculture biologique :

• un système de gestion durable pour l'agriculture,
• le respect des équilibres naturels et de la biodiversité,
• des produits de haute qualité obtenus dans le respect de l'environnement, la santé humaine, la santé des végétaux, des animaux et leur bien-être.

Ces principes de la Bio sont déclinés à tous les stades d'obtention des produits biologiques : production et transformation.

La production biologique est en effet un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui allie les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l'application de normes élevées en matière de bien-être animal et une méthode de production respectant la préférence des consommateurs à l'égard de produits obtenus grâce à des substances et produits naturels.

Le mode de production biologique est fondé notamment sur :

• la non-utilisation de produits chimiques de synthèse,
• la non-utilisation des OGM et des produits obtenus à partir d'OGM,
• le recyclage des matières organiques,
• la rotation des cultures,
• la lutte biologique.

Le processus de transformation est fondé sur :

• l'utilisation d'ingrédients biologiques,
• la non-utilisation de produits chimiques de synthèse,
• un emploi restreint d'additifs et auxiliaires de fabrication,
• le recours à des procédés respectueux de l'écosystème et non polluants.

Le cas de l'élevage

L'élevage, de type extensif, est ainsi fondé sur le respect du bien-être animal, une alimentation biologique et le recours prioritaire aux médecines douces en cas de besoin. Il garantit l'accès des animaux à des pâturages ou des parcours extérieurs et une croissance naturelle des animaux.

Le lien au sol : La production hors sol est interdite en agriculture biologique. En particulier, l'éleveur doit garantir un double lien au sol au niveau de :

- l'alimentation des animaux en se procurant principalement (c'est-à-dire au moins 50%) des aliments provenant de l'exploitation elle-même ou d'autres exploitations biologiques de la même région,
- la gestion des effluents sur des terres agricoles biologiques de l'exploitation ou, à défaut, sur celles d'un autre opérateur bio de la région, après accord de coopération.

Qu'en est-il des OGM ?

Toute référence à l'agriculture biologique sur les produits contenant des OGM est rendue explicitement impossible par la nouvelle réglementation européenne en agriculture biologique qui interdit formellement leur utilisation. Le seuil de 0,9% de présence fortuite et techniquement inévitable, fixé par la réglementation générale n'est donc en aucun cas une tolérance. Il s'agit d'une obligation d'étiquetage au-delà de ce seuil non spécifique à l'agriculture biologique.