Bioaddict



Écologie : Le rôle primordial des entreprises dans la conservation de la biodiversité


Sommaire
1 - Les sociétés, de plus en plus nombreuses à vouloir un " impact positif net " sur la biodiversité
2 - Quans les entreprises s'engagent pour l'environnement
Publié Le 18 Juillet 2010 à 15h31
 

Certaines des grandes multinationales ont modifié leurs politiques de développement pour y intégrer la protection de la biodiversité. C'est le cas par exemple du géant minier de Rio Tinto. La société a fait appel à des experts pour mettre sur pied de nouvelles méthodes afin d'estimer la valeur de la biodiversité de ses concessions minières et a commencé à compenser son impact sur la biodiversité à Madagascar, en Australie et en Amérique du Nord.

Le géant de la grande distribution Walmart a investi dans l'énergie solaire pour équiper progressivement tous ses centres commerciaux de toits photovoltaïques. L'entreprise s'est fixée pour objectif de ne consommer à terme que des énergies renouvelables.

Coca Cola a décidé de son côté d'être neutre pour l'eau d'ici 2020. La multinationale souhaite réduite d'ici à 2020 à l'échelle mondiale sa consommation d'eau, mettre en place des procédures de recyclage et investir dans la protection des zones de captages.

Non seulement les entreprises peuvent limiter ou atténuer leurs effets néfastes mais aussi tirer des revenus de la conservation de la biodiversité et des services de l'écosystème note le PNUE. Et elles ont intérêt à le faire. L'agriculture, la foresterie, la pêche et le tourisme sont tous dépendants d'écosystèmes en bonne santé qui leur garantissent de gros bénéfices.

Dépendant de la biodiversité riche mais fragile de récifs coralliens, Chumbe Island Coral Park Ltd en Tanzanie, a consacré plus de 1,2 million de dollars dans la création d'un parc marin qui protège les coraux entourant l'île de Chumbe.

Pour Joshua Bishop, coordinateur du rapport et économiste en chef de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) : " L'impact des entreprises sur la biodiversité, qu'il soit positif ou négatif, doit absolument être comptabilisé pour que les politiques d'investissement et de gestion évoluent. Dans les entreprises de pointe, les dirigeants ont compris que l'intégration de la biodiversité et des services de l'écosystème dans leur chaîne de valeur peut être source d'importantes économies et de nouveaux revenus, améliorer la réputation de l'entreprise et faciliter son exploitation. "

Emilie Villeneuve

A lire aussi : Hubert reeves : une nouvelle alliance entre Humanité et Biodiversité pour mieux construire le monde de demain

60 scientifiques lancent un appel pour la biodiversité

2010, l'Année internationale de la biodiversité : enjeux, programme et projets