Bioaddict



Emmanuel Macron et Nicolas Hulot unis pour le climat

Publié Le 12 Juin 2017 à 13h26
 
" Make our planet great again ". Après la décision du président Donald Trump de retirer les États-Unis de l'Accord de Paris, Emmanuel Macron et Nicolas Hulot ont annoncé que la France serait plus déterminée et ambitieuse encore pour l'avenir.
Après la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'Accord de Paris, Emmanuel Macron et Nicolas Hulot ont annoncé que la France serait plus déterminée et ambitieuse encore pour l'avenir.

Donald Trump a annoncé jeudi 1er juin la sortie de l'accord de Paris sur le climat signé en décembre 2015 par la quasi-totalité des pays du monde au motif qu'il s'agit d'un "mauvais accord", "nocif pour l'économie américaine", "mal négocié" par Barack Obama et "injuste pour le peuple américain". Cette décision a provoqué une onde de choc. Les Etats-Unis sont en effet le deuxième pollueur de la planète.

Emmanuel Macron : "Il n'y pas de plan B parce qu'il n'y a pas de planète B"

Le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé en direct de l'Élysée immédiatement après la déclaration du président Trump. Il a pris note de cette décision tout en la regrettant, en soulignant que le changement climatique est " l'un des grands défis de notre temps. Ce qui paraissait encore pouvoir être discuté il a y quelques années s'impose désormais à nous tous avec une grande évidence ". Il a prévenu : " Sur le climat, il n'y a pas de plan B parce qu'il n'y a pas de planète B. "

Emmanuel Macron a précisé que la lutte contre le changement climatique implique l'Humanité tout entière, et " c'est pourquoi la France s'est engagée résolument dans toutes les négociations internationales " réussissant en décembre 2015 " le tour de force " de faire signer un engagement commun de 195 pays pour le climat.

Nicolas Hulot : "L'accord de Paris n'est pas mort, au contraire"

Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a de son côté réaffirmé, comme l'avait précisé le président de la République, que l'Accord de Paris ne serait pas renégocié. S'il a exprimé sa profonde tristesse, il a aussi montré sa détermination en soulignant : " l'accord de Paris est une dynamique irréversible, nous en avons des preuves chaque jour : le prix des énergies renouvelables baisse, partout sur la planète, les villes, les régions et les citoyens passent à l'action ". Restant optimiste, il a expliqué que la décision du président Trump pouvait avoir un effet de mobilisation et assuré que la France reprendrait le leadership climatique. "Des alliances inédites et renforcées vont surgir" a-t-il déclaré lors d'une interview pour BFMTV. " Ca ne fait que renforcer la détermination du reste du monde. Il peut y avoir un effet rebond surprenant et positif ".

" Je pense qu'il y a un axe autour de la solidarité universelle qui va se créer. Peut-être un axe inattendu entre l'Europe, la Chine, l'Inde y compris aux Etats-Unis " a encore confié Nicolas Hulot à Europe 1. " Pour preuve, les Etats de New York, Californie et Washington ainsi que plusieurs villes, comme Pittsburg, ont annoncé jeudi qu'ils formaient une "alliance pour le climat" malgré la décision du président américain. "

Face au retrait des Etats-Unis de l'Accord sur le climat, la France ne compte ainsi pas baisser les bras ! " Plutôt que de baisser nos ambitions, nous allons nous-mêmes les réviser à la hausse et je pense que l'on va entraîner dans notre sillage nombre d'Etats " a ajouté Nicolas Hulot.

Réaffirmer la mobilisation en faveur du climat

À l'issue d'une table ronde à l'Élysée le mardi 6 juin, réunissant ministres, représentants de la société civile et scientifiques, Nicolas Hulot a rappelé la volonté de la France de réaffirmer sa mobilisation et son ambition en matière de politique climatique. Il a également formulé un message de solidarité vis-à-vis des hommes et des femmes victimes des changements climatiques dans le monde. " Nous allons démontrer que la contrainte climatique peut être un potentiel incroyable de la relance économique " a déclaré le ministre qui s'est engagé à présenter, d'ici la fin du mois de juin, un plan de travail interministériel qui comprendra une nouvelle stratégie nationale bas-carbone pour 2018.

" Come to France. Make our planet great again "

Réagissant à la décision du président américain de retirer le pays de l'accord de Paris sur le climat, le président français a appelé, en anglais, les Américains à "Make our planet great again" ("rendre à notre planète sa grandeur"), paraphrasant le célèbre slogan de campagne "Make America Great Again" de Donald Trump. "A tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés que la décision du président des États-Unis a déçu", vous trouverez "dans la France, une seconde patrie" a -t-il déclaré. Un pied de nez splendide et un coup de com' réussi avec un logo-slogan partagé des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux !

Comme annoncé par Emmanuel Macron, le site internet www.makeourplanetgreatagain.fr a ouvert le 8 juin pour faciliter l'accueil en France de tous les chercheurs et acteurs économiques désireux de participer à la transition écologique, énergétique et climatique.

" Cette plateforme internet vise à faciliter la mobilisation pour la protection de notre planète de celles et de ceux qui souhaitent s'investir dans des projets, poursuivre des recherches, entreprendre, rechercher des financements ou s'installer en France " précise le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Emmanuel Macron et Nicolas Hulot placent ainsi la France en pays leader de la lutte contre le changement climatique. " La crise écologique, en particulier climatique, nous oblige à nous unir et à nous réunir sur l'essentiel ", a expliqué Nicolas Hulot, qui voit ce " point de convergence " au sein du gouvernement d'Édouard Philippe. " Dans ce gouvernement, j'ai le sentiment qu'il y des gens sur lesquels je vais pouvoir m'appuyer " a-t-il précisé lors d'une réunion à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) durant laquelle il a apporté son soutien à la campagne pour les législatives de Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et chargé des relations avec le Parlement. " Je suis venu soutenir Christophe Castaner parce que, si nous voulons réussir la politique que nous voulons entreprendre, il nous faut une majorité certaine " a-t-il expliqué.

L'écologie en France semble ainsi être entre de bonnes mains. Attendons maintenant les résultats des législatives qui confirmeront si Emmanuel Macron et Nicolas Hulot vont pouvoir avancer ou non avec encore plus de détermination sur le chemin de la transition écologique.

Stella Giani