Bioaddict



bad news

Energie solaire en France : l'année 2016 n'a pas été brillante

Publié Le 8 Mai 2017 à 12h56
 
Selon l'Observatoire de l'énergie solaire photovoltaïque, 2016 est "la pire des années jamais observée en France" avec un volume raccordé de 550 MW qui est le plus bas jamais observé depuis 2010, année correspondant au démarrage du photovoltaïque en France. A contrario, 2016 se confirme comme un " très grand millésime " au niveau mondial.
Selon le 21ème édition de l'Observatoire de l'énergie solaire photovoltaïque, "2016 se confirme comme la pire des années jamais observée en France".

 

Alors que l'énergie solaire a été la première énergie électrique installée dans le monde en 2016, en croissance par rapport à 2015 (+ 9%) portant le marché mondial à 71 GW à fin 2016, contre 51 GW à fin 2015 (source IRENA), France Territoire Solaire, le think-tank de l'énergie solaire photovoltaïque vient de publier sa 21ème édition de l'Observatoire du solaire dans laquelle il confirme que l'année 2016 a été en France "la pire des années jamais observée".

L'électricité photovoltaïque est pourtant devenue compétitive dans de nombreux pays, avec un prix de revient inférieur aux autres sources de production d'électricité traditionnelles ou renouvelables.

Ainsi le volume global raccordé en France a été, en 2016, "le plus bas jamais observé depuis 2010". Le volume de raccordement au 4ème trimestre 2016 ne s'élève qu'à 108 MW, soit le même niveau qu'au trimestre précédent et légèrement supérieur au 4ème trimestre 2015. Ce 4ème trimestre 2016 a été marqué par une nouvelle baisse du segment des installations domestiques (<9 kW) avec un niveau très faible, sous les 20 MW, alors que le marché oscillait entre 20 et 30 MW par trimestre ; par une baisse du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), segment où les volumes alloués par les vagues d'appels d'offres restent caractérisés par un taux d'abandon d'environ 40% ; et par l'absence totale de raccordement sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1MW).

Cet étiage des raccordements serait, selon France Territoire Solaire, " la conséquence d'une politique de soutien incertaine et chaotique entre 2013 et 2014 perturbant le cycle de développement des projets ".

L'année 2017 se présente mieux avec notamment une reprise du segment des grandes installations (1 MW et +), s'inscrivant à 63 MW ce premier trimestre, et devrait donc voir les raccordements repartir à la hausse pour atteindre la barre de 1 GW de nouvelles installations.

"En ces temps électoraux, il est bon de rappeler que la stabilité structurelle des dispositions en matière de soutien est indispensable pour pérenniser les dynamiques de construction de projets, lesquelles stimulent l'industrie et l'économie essentiellement européenne de la filière photovoltaïque", précise Antoine HUARD, Président du think-tank France Territoire Solaire.

Alexandre Sieradzy