Bioaddict



good news

Énergies renouvelables : les Français sont prêts à s'équiper !

Publié Le 25 Janvier 2011 à 09h40
 
97 % des Français se déclarent favorables au développement des énergies renouvelables, c'est le chiffre qui ressort de l'enquête annuelle publiée par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) vendredi 21 janvier 2011. Les énergies solaire et éolienne arrivent en tête du classement.

 

Le baromètre de l'ADEME démontre également une bonne acceptation des énergies renouvelables à la maison : 44 % des personnes interrogées considèrent la possibilité de produire de l'électricité à domicile à partir d'énergies renouvelables intéressante, 28 % d'entre eux la jugent même très intéressante. Cette étude montre que le soutien des Français aux énergies renouvelables reste ainsi sans faille. " Ces nouvelles énergies devront, en 2020, représenter 20% de notre consommation d'énergie et marquent le début d'une formidable aventure industrielle", précise Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement.

Les énergies solaire et éolienne restent les énergies renouvelables préférées des Français

Quand on leur demande quelle énergie renouvelable la France devrait développer en priorité, les Français sont 61 % à donner la primeur à l'énergie solaire (68 % en 2009) et 53 % à l'éolien (43 % en 2009). Ces deux énergies ont la meilleure image. Suivent l'hydraulique (20 %) et la géothermie (19 %).
Les énergies renouvelables sont appréciées majoritairement pour leurs avantages environnementaux (83 %) puis économiques (52 %).

Faire entrer les énergies renouvelables dans son environnement ? Pourquoi pas!

18 % des Français déclarent posséder un appareil permettant d'utiliser une énergie renouvelable , qui se trouve être pour 55 % d'entre eux une installation permettant de se chauffer au bois, tels qu'un poêle à bois ou une cheminée. Mais il faut noter la progression des installations solaires (+13 %) et des pompes à chaleur (+5 %).
Comme en 2009, le choix d'un équipement en énergie renouvelable est motivé en priorité par la nécessité de faire des économies et le souhait de minimiser son impact sur l'environnement. Pour la première fois, l'amélioration du confort est en troisième position.
Parmi les Français qui ne disposent pas encore d'un équipement permettant d'utiliser une source renouvelable, 85 % jugent intéressantes les offres existantes, en particulier en matière de solaire (71 %) et, dans une moindre mesure, de géothermie (17 %).

Les énergies solaire et éolienne bénéficient d'un bon niveau d'acceptabilité. Plus de 75 % des Français sont en effet favorables à l'installation d'équipements utilisant l'énergie solaire et ce, malgré une baisse de l'acceptabilité " sur son toit " de 10 points. 74 % des Français sont par ailleurs favorables à l'installation d'éoliennes en France (en baisse de 3 points par rapport à 2009). L'esthétique (pour 67 % des répondants) et les nuisances sonores (pour 59 %) continuent de représenter un frein au développement des éoliennes lorsqu'elles se trouvent à moins d'un km du domicile.

Des freins subsistent cependant à l'installation de ces équipements

Les freins liés à l'installation de ces équipements ont malgré tout pris de l'ampleur : le coût de l'installation tout d'abord, perçu comme trop élevé (cité par 45 % des répondants, en hausse de 11 points par rapport à 2009) et les difficultés techniques perçues liées à l'installation (citées par 44 % des répondants, en augmentation de 8 points par rapport à 2009). Ces freins sont plus précisément liés aux interrogations sur le retour sur investissement, notamment des installations solaires, et à l'augmentation du nombre de contentieux entre particuliers et professionnels des filières.

Ainsi, pour les français, l'investissement en ENR devient un achat réfléchi et non plus seulement idéologique. Les principaux facteurs susceptibles de favoriser le développement des ENR sont d'ordre économique : la baisse des prix des équipements (pour 50% des sondés) et une augmentation des crédits d'impôt (35% des sondés). L'accélération du réchauffement climatique joue également un rôle pour 38% d'entre eux.

Mathilde Emery

voir les sources de l'infos