Bioaddict



Énergies vertes : la Grèce mise sur l'éolien

Publié Le 13 Mai 2011 à 12h05
 
La Grèce se met au vert. En tout cas, à l'éolien. C'est devenu effectif depuis la semaine dernière quand le grand industriel chinois, Sinovel Wind Energy, a conclu un accord stratégique avec la firme publique gérant l'électricité hellène. Pour l'occasion, Haris Pamboukis, ministre grec chargé des investissements, s'est rendu en terre du Milieu.

Selon le communiqué, l'accord prévoit ainsi "la création immédiate d'un parc éolien de 200-300 MW" sur le territoire grec. Dans le même temps, DEI insiste sur la "construction d'une usine de fabrication d'éoliennes", l'autre point phare de cette collaboration. Les possibilités ne paraissent d'ailleurs pas toutes encore exploitées puisque les deux partenaires ont annoncé vouloir "examiner les perspectives de développement de parc éolien en mer."

Pour lutter contre la crise ?

En Grèce, il est actuellement impossible de ne pas parler du contexte économique du pays après chaque décision prise par le pouvoir en place. En ce qui concerne les éoliennes, là-encore l'intérêt financier et l'espoir de relance économique a grandement motivé le gouvernement grec. Haris Pamboukis ne s'en cache pas. S'il précise que l'objectif de l'accord vise "à accélérer l'introduction des énergies vertes", le ministre compte aussi offrir de nouvelles perspectives aux chômeurs "avec la création de nouveaux emplois".
La Chine y trouve évidemment son compte, profitant d'un gouvernement grec à la recherche d'investissements importants pour s'ouvrir une base commerciale vers les Balkans et la mer Noire.

Un changement obligatoire

Si les obligations économiques d'un pays en crise peuvent donc expliquer cet intérêt soudain pour l'éolien, les Grecs n'avaient de toute façon, plus le choix. L'entreprise DEI produit plus de 85% de l'électricité nationale. Et ce, via une technologie très polluante : des centrales à lignite. Une mise en demeure a ainsi été formulée par l'Union européenne, réclamant une amélioration des performances environnementales de l'industrie grecque.

Depuis 2010, la DEI a ainsi lancé les hostilités, prévoyant un investissement sur les énergies renouvelables, à hauteur de deux milliards d'euros chaque année, sur une période de cinq ans. Les acteurs chinois du développement durable ne seront donc pas les seuls à bénéficier de partenariats avec la Grèce. La France, avec EDF Energies nouvelles, a elle-aussi signé un accord portant "prioritairement sur la création d'éoliennes."

Kelplanete.com, partenaire de bioaddict.fr

A lire aussi : Développement de l'éolien offshore : quelle facture pour les ménages ?

L'Egypte mise sur l'éolien

Éolien offshore : La France mise sur les énergies marines renouvelables