Bioaddict



bad news

Explosion des déchets électroniques : l'ONU tire la sonnette d'alarme !

Publié Le 24 Février 2010 à 10h37
 
La vente de produits électroniques dans des pays comme la Chine, l'Inde, l'Afrique ou encore l'Amérique latine, devrait exploser dans les 10 prochaines années. Ce phénomène engendrera une augmentation gigantesque des quantités de déchets électroniques (ordinateurs, téléphones portables...) et provoquera de graves conséquences sanitaires et environnementales dans les pays en voie de développement si des mesures pour les recycler ne sont pas rapidement prises, a averti hier l'ONU.
Décharge de déchets électroniques à Guiyu en Chine.

Ce rapport d'experts, intitulé " Recycling - from E - Waste to Resources ", est ainsi plus qu'alarmiste. Il " souligne l'urgence de mettre en place des processus ambitieux, formels et régulés pour le ramassage et la gestion des déchets électroniques ", selon les propos du directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

En comptant uniquement les déchets électroniques liés aux ordinateurs hors d'usage, le rapport prévoit une augmentation des déchets d'ordinateurs de 200 à 400 % d'ici à 2020 en Afrique du Sud et en Chine, par rapport au niveau de 2007.

La téléphonie mobile devrait quant à elle produire sept fois plus de déchets en 2020 qu'en 2007 en Chine, dix-huit fois plus en Inde. En outre, la proportion de déchets de téléviseurs devrait doubler dans ces deux pays et celle des réfrigérateurs pourrait tripler en Inde.

La Chine est le deuxième producteur de déchets électroniques au monde, derrière les Etats-Unis (3 millions), avec 2,3 millions de tonnes de DEEE par an et " des procédures d'incinération inadéquates qui entraînent une pollution toxique importante " a insisté le directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner. Une grande quantité n'y est "pas proprement traitée" et incinérée, note le PNUE.

Toutefois, "la Chine n'est pas la seule à être face à un sérieux défi. L'Inde, le Brésil, le Mexique et d'autres risquent également d'être confrontés à de graves conséquences environnementales et sanitaires si le recyclage est laissé aux aléas du secteur informel", a ajouté Achim Steiner. Le Sénégal est également un des pays traité par le rapport qui doit faire face à ce gigantesque défi.

"Si aucune politique n'est lancée pour collecter et recycler ces équipements, de nombreux pays vont se retrouver avec des montagnes de déchets électroniques dangereux, avec des répercussions graves pour l'environnement et la santé publique", prévient le rapport.

Les pays en développement doivent se préparer à gérer l'explosion des déchets électroniques

Le rapport appelle le monde en développement à se préparer à ces augmentations, non seulement en raison de leurs conséquences sanitaires, mais aussi parce que bien gérées, "elles peuvent ouvrir des possibilités en matière d'emplois, de diminution des émissions et de récupération de métaux précieux, argent, or, palladium, cuivre et indium".

En effet, les équipements électroniques contiennent jusqu'à 60 composants différents ! Les téléphones et les ordinateurs portables consomment 3 % de l'or et de l'argent récoltés chaque année, 13 % du palladium et 15 % du cobalt.

"S'ils agissent maintenant, plusieurs pays peuvent transformer ce défi en une opportunité", a souligné Achim Steiner.

Lire "Green IT : Vers une meilleure gestion des déchets d'équipements électriques et électroniques"

 

Emilie Villeneuve