Bioaddict



bad news

Fukushima : la radioactivité se répand dans le Pacifique

Publié Le 11 Avril 2012 à 10h25
 
Plus d'un an après la catastrophe de Fukushima au Japon, les résultats d'une étude révèlent la présence de radioactivité dans des organismes marins prélevés... aux Etats-Unis.
DOSSIER SPECIAL

Même si 25 ans se sont écoulés depuis Tchernobyl, les scientifiques continuent de faire des découvertes sur les conséquences de la radioactivité. Pas étonnant donc, que la même chose se produise dans le sillage de l'accident nucléaire de Fukushima survenu le 11 mars 2011.

L'iode a suivi les courants marins

En effet, de l'iode radioactif a été détecté dans des algues prélevées au large de la côte ouest des Etats-Unis. Alors que le taux de radioactivité naturelle des océans s'élève normalement à 1-2 becquerels (Bq) par mètre cube d'eau, l'expédition scientifique de la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) a relevé des taux s'élevant à 3,900 Bq/m3 dans les zones plus proches du rivage et 325 Bq à 600 km des côtes.

L'iode radioactif aurait été diffusé dans l'atmosphère et l'océan Pacifique dans les jours qui ont suivi la catastrophe en suivant les courants marins. " Nous connaissons la circulation océanique à grande échelle, mais lorsque l'on se trouve en présence de polluants, cela se révèle parfois bien différent si l'on observe des zones plus petites", a expliqué à l'AFP Kara Lavender Law, océanographe à la Sea Education Association.

"Cela a pu affecter certains poissons"

Si les scientifiques ont certainement voulu mettre un frein à la psychose en précisant que les niveaux mesurés étaient "significatifs, mais en règle générale inoffensifs", les ONG environnementalistes savent bien que ce n'est que le début d'un enchainement de constats du même genre. Et les scientifiques d'ajouter que "cela a pu affecter certains poissons qui mangent cette algue". Assez peu rassurant, en somme.

Les récentes hécatombes de cétacés et autres mammifères marins qui ont eu lieu aux Etats-Unis (Cap Code et Alaska) ou encore au Pérou ont-elles un lien avec les fuites d'eau contaminées qui ont suivi la catastrophe ? Les scientifiques n'ont toujours pas pu déterminer les causes de ces impressionnants échouages, mais l'hypothèse Fukushima n'a pas non plus été écartée.

Olivia Montero