Bioaddict



Gaz de schiste : encore une étude accablante !

Publié Le 10 Mai 2011 à 12h36
 
Une nouvelle étude publiée par l'Académie des Sciences des États-Unis montre que les puits de gaz de schiste sont contaminés par le méthane des gaz de schiste.
Logo du collectif ardéchois "Stop au gaz de schiste"
DOSSIER SPECIAL

Dans les aquifères situés au dessus des formations de schiste du Marcellus et de l'Utica et dans l'état de New York, les auteurs de cette étude ont mis en évidence de manière systématique une contamination des eaux par le méthane associée à l'extraction du gaz de schiste.

Les scientifiques de l'Université Duke, en Caroline du Nord, montrent ainsi dans cette étude que plus on est près d'un puits de gaz de schiste, plus les risques sont grands que la nappe phréatique soit contaminée par du gaz naturel.

Leur étude, intitulée " Methane contamination of drinking water accompanying gas-well drilling and hydraulic fracturing ", est parue le 9 mai 2011 dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), une grande revue scientifique américaine.

Les chercheurs ont analysé les teneurs en méthane (qui constitue plus de 80% du gaz naturel) dans 60 puits d'eau potable en Pennsylvanie et dans l'État de New York. Ils ont trié leurs échantillons en fonction de la distance entre le lieu de prélèvement et le site d'extraction de gaz de schiste le plus proche.

Résultats : Dans les puits situés à plus d'un kilomètre d'une d'extraction de gaz de schiste, la teneur moyenne en méthane dans l'eau était de 1,1 milligramme par litre (mg/l). Dans les sites situés à moins d'un kilomètre d'un site d'extraction de gaz de schiste, cette teneur moyenne grimpait à 19,2 mg/l (le maximum mesuré étant de 60 mg/l, teneur qui représente un risque d'explosion selon l'étude).

" Nous avons trouvé une corrélation assez forte entre la proximité d'un puits de gaz et la concentration de méthane dans l'eau potable ", a déclaré Robert B. Jackson, professeur de biologie à l'Université Duke, un des quatre auteurs de l'étude. Selon l'étude de l'Université Duke, le gaz retrouvé dans les échantillons d'eau potable avait bien les caractéristiques du gaz de schiste .

" Cette nouvelle étude américaine montre clairement que l'extraction des gaz de schiste constitue une menace grave pour l'environnement et particulièrement les ressources en eau " a ainsi déclaré François Veillerette, porte parole de Générations Futures. "Forts de cette nouvelle preuve de la dangerosité de l'exploitation de cette ressource, les députés français doivent clairement et sans ambigüité interdire l'exploitation des gaz de schiste dans le pays !" a-t-il jouté.

Cette étude prend d'autant plus d'importance alors que la proposition de loi Jacob sur les gaz de schistes est examinée ce mardi par les députés. Une mobilisation citoyenne se tient d'ailleurs devant l'Assemblée Nationale depuis 11h ce matin pour exiger l'interdiction des permis d'exploration et d'exploitation de gaz et huiles de schistes.

Mathilde Emery

A lire aussi : Gaz de schiste : manne énergétique ou calamité écologique ?