Bioaddict



Insolite : des emballages comestibles pour réduire nos déchets ?

Publié Le 24 Avril 2012 à 10h31
 
L'idée peut sembler invraisemblable, voire même un peu farfelue sur le plan sanitaire. Pourtant elle est en passe de devenir une réalité, et certains imaginent déjà ces nouveaux emballages remplacer le plastique, trop gourmand en pétrole.

Ce n'est pas une idée tout droit sortie d'un film de science fiction. Ni même une idée réellement novatrice... En effet, ces emballages comestibles existent déjà sur le marché depuis quelques années. Les chercheurs de l'Université de Bourgogne ont travaillé sur la question des emballages " à déguster ", certains ayant des propriétés gustatives et d'autres des propriétés anti-oxydantes ou antibactériennes.

Mais plus récemment, des scientifiques américains, dont le Docteur David Edwards employé d'une société basée dans l'Indiana, viennent de mettre au point des emballages biodégradables d'un nouveau genre. Ceux-ci ont en effet le pouvoir de se dissoudre dans l'eau, devenant ainsi un complément alimentaire. L'idée est de concevoir des films protecteurs du même goût  que les denrées qu'ils protègent. Quels ingrédients peuvent bien entrer dans la fabrication de ces étranges emballages ? Selon les chercheurs, ils sont constitués d'un polymère biodégradable et de particules de nourriture.

Ont vu le jour des sachets en peau de tomate contenant du gaspacho et un sachet au goût de raisin contenant... du vin ! Mais les discussions actuelles avec les principales marques du marché américain portent sur des sachets individuels pour thé, café et soupe.

Moins de plastique oui, mais...

Le premier avantage de ces emballages est qu'ils évitent la toxicité des emballages plastique, dont certains contiennent du bisphénol A. Le deuxième avantage, plus sujet à controverse, est celui de la réduction des déchets. En effet, le consommateur va non seulement pouvoir garder l'avantage d'un produit emballé (conserve ) mais en plus il aura doublement de quoi se nourrir !

Dans la bataille de l'éco-business pour la réduction des déchets, le biodégradable possède donc un nouvel allié, comestible. Mais on ne peut s'empêcher de poser la question de l'hygiène : comment ces emballages alimentaires, stockés en magasin, peuvent être manipulés par les clients sans devenir de vrais nids à germes ? Ils auront des propriétés antimicrobiennes afin d'éviter ce risque, répondent les scientifiques de l'Université de Bourgogne. On parlerait alors d'emballages " actifs " ou " intelligents ".

Tout cela peut sembler très amusant, mais pourquoi ne pas continuer tout simplement sur la lancée de la vente en vrac afin de réduire au maximum le suremballage ? L'alternative semblerait tout de même plus simple...

Olivia Montero