événement

Into Eternity : un film au coeur du débat sur le nucléaire


Sommaire
1 - Into Eternity : un film au coeur du débat sur le nucléaire
2 - Déchets nucléaires : stockage provisoire et stockage permanent
3 - Le point de vue de Michael Madsen concernant Fukushima
Publié Le 28 Avril 2011 à 20h04
 
Que faire des déchets radioactifs ? En Finlande, pour la première fois, un lieu de stockage permanent est en cours d'installation. Des milliers de kilomètres de tunnels sont creusés avant d'y déposer les déchets nucléaires, qui doivent être isolés de toute forme de vie pendant 100 000 ans. Mais comment s'assurer que ce lieu ne contaminera jamais personne ? Comment prévenir les générations futures des dangers que représente cette cargaison mortelle ? S'adressant aux générations futures, Michael Madsen livre un documentaire en forme de film de science-fiction fascinant et vertigineux. A découvrir au cinéma le 18 mai prochain.
INTO ETERNITY de Michael Madsen- Sortie au cinéma en France le 18 mai 2011

Onkalo : le premier site de stockage permanent des déchets nucléaires

Onkalo signifie " la cachette " en finlandais. Cela ne vous dit rien ? Il s'agit pourtant du nom du premier site de stockage permanent de déchets nucléaires actuellement en chantier. Situé à 300 kilomètres au Nord-ouest d'Helsinki, c'est un immense dédalle de tunnels souterrains creusés dans du granit.

Dans cette cachette, censée résister à tous les aléas du temps, on creuse ainsi des galeries afin d'isoler les déchets nucléaires de toute forme de vie pendant près de 100 000 ans. Les travaux, qui ont commencé dans les années 70, devraient prendre fin en 2100, ce qui signifie que ceux qui y travaillent actuellement n'en verront pas l'aboutissement.

Pourtant, jamais une construction humaine n'a résisté autant de temps. Pour se repérer, l'espèce humaine existe elle-même depuis environ 100 000 ans. Les pyramides, qui font partie des constructions humaines les plus anciennes, n'ont que 4500 ans d'âge. Quand au feu nucléaire, il n'a été découvert et exploité que depuis 115 ans.

Comment s'assurer que ce lieu tiendra aussi longtemps ? Dans ce documentaire, ingénieurs, géologues et anthropologues nous aident à façonner notre propre opinion sur cette inquiétante question.

Un projet terrifiant

Mais au-delà de potentielles failles techniques, le documentaire de Michael Madsen soulève des questions d'ordre plus philosophique. Comment l'espèce humaine conçoit-elle son futur ? L'homme sera-t-il toujours présent dans 100 000 ans pour constater les conséquences de ses actes ? S'il l'est, comment avertir ces civilisations futures du danger qu'il y aurait à profaner le site d'Onkalo ? Car ce n'est ni plus ni moins une terrifiante construction post-humaine dont il s'agit. Au regard de la gravité de ces enjeux, on s'interroge : pourquoi le projet Onkalo n'a-t-il pas suscité davantage de débats ? Et il faut savoir que d'autres projets de stockage en géologie profonde existent aux Etats-Unis ou encore en Suède...

"Le projet Onkalo, c'est à dire la création de la première installation de stockage de déchets nucléaires capable de tenir 100 000 ans, dépasse d'un point de vue technique et philosophique, toutes les entreprises humaines menées jusqu'à présent. C'est de l'ordre de l'inédit. Et en cela, je pense que c'est un projet emblématique de notre époque - et une bien étrange manière de se projeter dans l'avenir" confie à ce sujet le réalisateur.

"Comment affronter la temporalité vertigineuse des déchets nucléaires ? Comment se protéger de ces matières dangereuses pendant des milliers d'années ?(...) Longtemps hantés par ces questions, les responsables de l'industrie nucléaire croient aujourd'hui tenir la solution. Les personnes interrogées dans Into Eternity ne sont pas peu fières de leur trouvaille et de la prouesse technologique qui consiste à construire un tel sanctuaire. Rien ne semble avoir été laissé au hasard. Tout a été pensé, anticipé ; les scénarios les plus farfelus ont été pris en compte, intégrés dans le dispositif technologique. Mais voici que certaines questions que pose Michael Madsen à ses interlocuteurs suscitent des silences embarrassés, des sourires gênés,des réponses hésitantes et contradictoires. Et le doute fait alors son chemin dans l'esprit des spectateurs que nous sommes : tout de même, est-ce vraiment raisonnable ? N'est-il pas présomptueux de prétendre garantir la viabilité d'une telle installation pendant des milliers d'années ? En laissant poindre, derrière les discours rassurants des scientifiques, les incertitudes qui entourent le devenir des déchets nucléaires, l'intérêt premier du film de Michael Madsen est d'ouvrir à nouveau le débat sur les problèmes posés et les solutions à imaginer pour gérer cet héritage encombrant", explique encore Yannick Barthe sociologue, chargé de recherche au CNRS et auteur de Pouvoir d'indécision. La mise en politique des déchets nucléaires (Economica, 2006).

" Into Eternity " prend une nouvelle résonance suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima et alors même qu'il y a 25 ans, le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait...

Et ce film soulève encore le problème de l'éternel orgueil de l'homme, et de ces fous de l'atome qui s'imaginent qu'ils peuvent tout maitriser...

Sortie en salles le 18 mai prochain.

Retrouvez plus d'infos sur le site www.chrysalis-films.com