Bioaddict



L'électroménager voit l'avenir en vert !

Publié Le 6 Octobre 2011 à 11h00
 
De produits très consommateurs en eau et en électricité, on constate l'émergence de produits électroménagers plus écologiques grâce aux fabricants qui redoublent d'inventivité. Voici un petit aperçu des équipements du futur !
DOSSIER SPECIAL
1/8
Réfrigérateur GlassLine de la marque Bosch
Réfrigérateur GlassLine de la marque Bosch

En premier lieu, intéressons-nous à l'étiquette-énergie des appareils électroménagers. Non seulement les classes ne cessent de s'améliorer (le A est détrôné par le A+, A++ voire le A+++), mais en outre de nouvelles technologies révolutionnent nos appareils classiques.

- Les réfrigérateurs : ils fonctionnent en permanence, d'où l'intérêt de bien les choisir. En version A, A+ ou A++, ils peuvent fonctionner en froid statique ou bénéficier de la technologie No Frost (froid ventilé), qui évite la formation de givre, responsable d'une augmentation de la consommation d'énergie d'environ 30% - à partir de 3 mm de givre. Un exemple haut de gamme : GlassLine de Bosch, un produit classé A+++ - permettant 50% d'économie d'énergie par rapport à un appareil A+. La technologie Total NoFrost est associée à celle du MultiAirflow pour une répartition homogène du froid. Des compartiments spécifiques (ChillerBox) sont disponibles pour les viandes et poissons (avec des températures inférieurs de 2 à 3°C), ainsi qu'un tiroir Hydrofresh pour les légumes (taux d'humidité ajustable).

- Les lave-vaisselle : ils deviennent plus économiques qu'un lavage à la main (qui nécessite en moyenne 45 litres d'eau)! Les appareils disponibles en consomment de 10 à 15 litres, parfois moins. Miele en propose des versions efficaces à partir de 7 litres (soit moins qu'un évier plein !). Whirlpool relance le défi avec son lave vaisselle Green generation (classe A+), efficace dès 6 litres (pour 13 couverts). De plus, certains appareils peuvent être raccordés à une arrivée d'eau chaude (jusqu'à 60°C), ce qui permet de faire de belles économies d'énergie. Dans les produits dernière génération, la consommation d'eau et d'énergie se fait en fonction de la charge. Donc même si la machine n'est pas pleine, on peut avoir relativement bonne conscience... En outre, les appareils sont protégés par différents systèmes en cas de fuite. A noter : l'allemand Gaggenau vient de lancer Vario, un lave vaisselle de catégorie A+++.

- Les fours : vive la vapeur ! C'est devenu le nouveau chic, il faut dire que ces petits bijoux de technologie préservent la fraîcheur et le fondant des produits ainsi que leurs nutriments (vitamines et oligo-éléments). Les fabricants proposent désormais des fours combinant vapeur et chaleur tournante, cette dernière assurant une répartition homogène de la chaleur - certains fours assurent ainsi une cuisson à trois niveaux différents sans mélange d'odeur. Et grâce à de nombreux programmes automatiques, comme l'assure Miele, on peut devenir " Toque modèle sans passer des heures aux fourneaux "... Ces fours fonctionnent avec un réservoir d'eau, et sont généralement de classe A. Leur prix dépend du nombre de fonctions et d'options disponibles (pyrolyse, etc.).

- Les lave-linge : la vapeur fait sa révolution également! Plus économique (18 l d'eau économisés sur 50 l en moyenne et 20% d'électricité en moins), plus écologique (la vapeur élimine tous les acariens et assainit le linge), ce type de lavage récent allie efficacité et performance énergétique. En effet, grâce à la création de vapeur, l'eau monte très vite en température. Et cette technologie permet de réduire, voire de supprimer, le repassage. Un bémol : des prix encore élevés...

- Dans un autre style, les lave-linge sans lessive ont fait leur apparition. Fonctionnant sur le principe de l'électrolyse, ils séparent les composants de l'eau : les ions OH- enlèvent la saleté, les ions H+ stérilisent. Le fabricant chinois Haier a développé ainsi le WasH2O sur ce principe. Et malgré la consommation en électricité que demande l'électrolyse, sa performance énergétique est bonne (AAB, lavage/rinçage/essorage). Son prix : comptez environ 700 €.

- Sans aller jusque là, d'autres lave-linge possèdent des doseurs automatiques de lessive, en fonction de la dureté de l'eau et du degré de salissure. Ainsi, le lave-linge i-DOS de Bosch dose précisément la quantité de lessive et d'adoucissant, tout en étant classé A++ (dépassant de 30% les exigences de la classe A). Vedette a mis au point le système Ecobox, qui indique la juste quantité de lessive en fonction de la quantité de linge, son degré de salissure et la dureté de l'eau. Des appareils presque intelligents en somme !

- Les sèche-linge : ce sont les mauvais élèves de l'électroménager. Très gourmands en énergie, ils fonctionnent soit par condensation (l'eau est recueillie dans un réservoir qu'il faut vider), soit par évacuation (l'air humide est évacué à l'extérieur par un tuyau). Ce deuxième système est déjà moins énergivore. Mais grâce à l'ingéniosité des fabricants, une nouvelle génération d'appareils a vu le jour : des sèches linges de classe A fonctionnant avec un système de pompe à chaleur, ce qui permet d'économiser encore 40%, voire 50%, d'énergie par rapport aux classe A standard (déjà une gageure dans la catégorie des sèche-linge !). Existent chez toutes les grandes marques : Siemens (avec blueTherm, l'un des plus économe en énergie du marché), Electrolux, Bosch, Miele...

- Les aspirateurs : l'amélioration en terme d'écologie vient non seulement des économies d'énergie (jusqu'à 50% en moins par rapport à un aspirateur standard de 2000 W, pour des résultats aussi satisfaisants), mais également de leur fabrication. Electrolux peut se targuer dans sa gamme Green d'un recyclage presque complet - 92% des composants peuvent être recyclés en fin de vie du produit. Les emballages sont fabriqués à partir de matériaux recyclés (actuellement à 70%, l'entreprise veut à terme arriver aux 100%), et les sacs s-bag GREEN sont produits à partir de fécule de maïs.

Caroline Chavigny