Bioaddict



L'Equateur renonce à l'exploitation d'un gisement pétrolier pour préserver la forêt amazonienne

Publié Le 27 Août 2010 à 11h32
 
Le projet Yasuni est une première mondiale : L'Equateur a renoncé à l'exploitation d'un gisement pétrolier pour préserver la forêt amazonienne. Mais cet effort n'est pas gratuit...

M. Ricardo Patiño, Ministre des Affaires étrangères de l'Équateur, s'est ainsi engagé le 3 août 2010 devant Mme Rebeca Grynspan, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Administratrice associée du PNUD, à renoncer à l'exploitation d'un gisement de pétrole brut estimé à 846 millions de barils et situé sous le Parc national de Yasuní qui se trouve dans la vallée du Haut Napo dans la région ouest de l'Amazonie équatorienne.

Les peuples indiens qui vivent sur ce parc de 1 750 km2 (982 000 hectares) ne seront donc pas chassés...et la biodiversité qu'il abrite, notamment 2 244 espèces d'arbres, 567 espèces d'oiseaux, 105 espèces d'amphibiens, 83 espèces de reptiles, 382 espèces de poissons et plus de 100.000 espèces d'insectes, sera préservée. Le Parc Yasuni est en effet classé " réserve mondiale de biosphère " par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) depuis 1989.

Cependant, cette décision en faveur de la préservation de la biodiversité locale a un prix...

" Il nous reste encore à recueillir les fonds pour que l'initiative devienne une réalité ", a déclaré M. Lenin Moreno, Vice-président de l'Équateur, qui était aussi présent à la cérémonie de signature. " Il faut que les pays industrialisés comprennent que, dans un esprit de responsabilité partagée, nous avons pris la décision en cette matinée historique de faire un sacrifice pour notre pays ".

Le président équatorien Rafael Correa solicite ainsi le monde avec le projet Yasuni-ITT (du nom des trois forages d'exploration de la zone Ishpingo, Tambococha et Tiputini) et demande aux pays développés, au nom d'une "dette écologique" du Nord envers le Sud, d'indemniser l'Equateur pour ce sacrifice engagé.

L'objectif de l'Equateur est en effet d'arriver à récupérer au moins 50% des revenus estimés à 7 milliards de dollars US que rapporterait l'exploitation du gisement.

Les fonds reçus en compensation de la non-exploitation des puits de pétrole seraient cependant investis dans des projets écologiques: le projet Yasuni ITT consisterait ainsi à développer des sources d'énergies renouvelables, préserver les écosystèmes et les aires protégées, reboiser les zones dégradées, promouvoir le développement social et les emplois durables et améliorer l'efficacité énergétique.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Patino Ricardo, et la directrice adjointe du PNUD, Rebeca Grynspan, ont donc signé le 3 août un accord qui prévoit la création d'un fonds d'affectation spéciale, en échange de l'engagement des autorités équatoriennes à préserver la réserve naturelle.

Le prix de la protection de la biodiversité

Cette initiative, qui a déjà reçu le soutient de la Belgique, de l'Allemagne, de l'Espagne, de l'Italie, de la France et de la Suède, devrait éviter le rejet dans l'atmosphère de plus de 400 millions de tonnes de carbone (soit la production annuelle de la France), correspondant à la combustion du pétrole s'il était extrait. Mais seule l'Allemagne s'est engagée à ce jour en signant un accord avec l'Equateur promettant de verser annuellement 50 millions de dollars au cours des 12 prochaines années.

Paris, de son côté, réfléchit. La participation de la France au fonds "fait l'objet d'un examen attentif" à Paris, a déclaré la porte-parole adjointe du Quai d'Orsay, Christine Fages, qualifiant le projet de "novateur" pour l'environnement.

" Nous sommes en train d'assister au lancement de nouveaux instruments de coopération qui serviront de fondement pour le soutien d'autres efforts nationaux et internationaux orientés vers l'avènement de systèmes économiques en harmonie avec la société, la nature et la planète ", a déclaré Rebeca Grynspan, la secrétaire générale adjointe des Nations-Unies et administratrice associée du PNUD.

Une pétition signée par plusieurs députés européens circule même sur le Web pour inciter les gouvernements à soutenir le projet Yasuni-ITT.

Chantage écologique ou réelle volonté de protéger la planète ?

Comment un pays dont les exportations sont à 60% constituées de pétrole peut-il renoncer à l'exploiter? La biodiversité a t'elle un prix ? Comment l'évaluer ?

"Le parc de Yasuni abrite une biodiversité qui n'est pas la propriété de l'Équateur mais du monde entier. Tout le monde a intérêt à la préserver. Nous avons donc pensé à un mécanisme de coresponsabilité internationale. Cette proposition participe à la lutte contre le réchauffement climatique", précise dans une interview pour le Figaro Maria Fernanda ESPINOZA, ministre équatorienne du Patrimoine en charge du projet Yasuni ITT.

"Je précise que le fonds sera géré par l'ONU et non par l'Équateur. Nous voulons investir massivement dans les énergies renouvelables pour changer notre matrice énergétique. Le capital servira à permettre l'abandon à terme de l'utilisation des énergies fossiles dans la production d'électricité. Les intérêts du capital seront utilisés à la protection des 44 réserves naturelles de notre pays", précise-t-elle encore.

Le fait est que le projet Yasuni cache un enjeu primordial : la transition vers l'après-pétrole pour les pays qui en vivent et ceux qui en dépendent.

Emilie Villeneuve