Bioaddict



L'ONU déclare 2010-2020 comme " Décennie des déserts et de la lutte contre la désertification "


Sommaire
1 - Améliorer la protection et la gestion des terres arides de la planète
2 - La désertification, une problématique de longue date
3 - L'ONU reste optimiste
Publié Le 26 Août 2010 à 11h10
 
L'Organisation des Nations Unies a lancé, lundi 16 août à Fortaleza au Brésil, la " Décennie des déserts et de la lutte contre la désertification ", un phénomène qui menace les moyens de subsistance de plus d'un milliard de personnes dans une centaine de pays.
Désertification en pays Dogon au Mali.

Les terres sèches et les déserts hébergent un habitant sur trois dans le monde, soit 2,1 milliards de personnes, dont 90 % vivent dans des pays en voie de développement. Ces terres recouvrent plus de 40 % de la surface de la planète où vit 50 % du bétail.

Qu'est ce que la désertification ?

Elle est définie par l'ONU comme étant " la dégradation des terres arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines ".

Elle affecte 3,6 milliards d'hectares à l'échelle mondiale. Les terres arides qui recouvrent plus de 40 % de la superficie du globe et sont situées principalement en Afrique (37 %), en Asie (33 %) et en Australie (14 %).

A l'heure actuelle, l'ONU estime que la désertification " menace les moyens de subsistance de plus d'un milliard de personnes dans environ 100 pays ".

L'objectif de cette Décennie est de faire reculer la désertification, le but étant d'amoindrir ses effets sur la pauvreté et sur le climat.

La " Décennie des déserts et de la lutte contre la désertification " propose ainsi un effort de dix ans destiné à accroître la sensibilisation et les actions menées par la communauté internationale pour améliorer la protection et la gestion des terres arides de la planète, où un tiers de la population mondiale est confrontée à de graves menaces économiques et environnementales.

" La dégradation continue des terres - qu'elle soit la conséquence de changements climatiques, d'une agriculture non pérenne ou d'une mauvaise gestion des ressources en eau - est une menace pour la sécurité alimentaire. Elle expose les communautés, qui sont déjà parmi les plus affectées, à de nouvelles famines ", a déclaré le Secrétaire général, Ban Ki-moon, lors du lancement de cette décennie spécifique.

Lire " Le chef de l'ONU Ban Ki-moon appelle à une révolution verte "