Bioaddict



L'Ours brun va-t-il totalement disparaître du territoire français ?


Sommaire
1 - L'Ours brun va-t-il totalement disparaître du territoire français ?
2 - Retour sur les polémiques du plan de sauvegarde et de réinsertion de l'ours brun
Publié Le 13 Novembre 2010 à 17h34
 
Le Fonds pour la protection des animaux sauvages (Fapas), vient d'annoncer que Camille, le dernier ours autochtone des Pyrénées est désormais mort. Selon l'association espagnole, l'ours n'a plus donné de signes de vie depuis de nombreux mois. Que signifie cette disparition ? La vingtaine d'ours bruns slovènes réintroduits dans les Pyrénées se destine-t-elle à un avenir aussi sombre ?

Dans son communiqué, l'association Fapas souligne avec sarcasme que " La France et l'Espagne sont parvenues à ce que disparaisse totalement la population d'ours autochtones des Pyrénées ".

D'autres associations avaient évoqué le décès probable de l'ours Camille ces dernières semaines, l'espagnole Ecologistas en accion et la française Fonds d'intervention éco-pastoral (Fiep). Selon Ecologistas en accion, la dernière photo prise de l'animal, seul présent du côté espagnol des Pyrénées, date du 5 février dernier.

Le journal La Semaine des Pyrénées rappelle que l'ours était connu en France sous le nom " Aspe Ouest ". ¨

Pour Sabine Matraire, membre de Ferus, l'association nationale pour la conservation de l'ours, du lynx et du loup, " le fait qu'on appelle cet ours différemment d'un côté et de l'autre de la frontière espagnole reflète un peu les incertitudes que l'on a quand on étudie un animal aussi discret. En fait, nous n'avons jamais vraiment su s'il s'agissait d'un seul et même ours car ceux qu'on a relâchés avaient malheureusement un génotype identique. " Sabine Matraire précise malgré tout que l'information divulguée par l'association espagnole est " tout à fait plausible et peu surprenante."

Mais si le dernier ours des Pyrénées est éteint, cela ne signifie pas qu'il n'y a plus un seul ours dans les vallées pyrénéennes. En effet, on estime actuellement qu'une vingtaine d'ours de souche slovène sont encore présents dans les Pyrénées. En revanche, dans le Béarn, où évoluait l'ours Camille, il ne resterait plus que deux ours mâles : Cannelito, fils de Cannelle, et Néré, fils de Jiva, la première ourse slovène réintroduite dans les Pyrénées centrales en 1996.

Il s'agit tout de même d'un échec cuisant. Pour le journaliste du Monde Léon Mazella, la disparition du dernier spécimen de la souche pyrénéenne signe la fin d'un symbole régional : " un pan de culture se trouve pulvérisé. " Car si les ours slovènes sont d'un point de vue biologique identiques à leurs cousins, il est nécessaire de signaler l'échec d'un plan de sauvegarde initié trop tardivement par le gouvernement.