Bioaddict



good news

La Fédération des agriculteurs bio valorise le bio-local

Publié Le 6 Janvier 2012 à 19h03
 
La FNAB vient de publier un recueil d'expériences innovantes pour comprendre comment les citoyens, les producteurs et consommateurs créent sur le terrain une autre économie solidaire de l'alimentation...

Avec le soutien de la Direction générale de l'alimentation du Ministère de l'Agriculture et dans le cadre du Programme nationale de l'alimentation, la Fédération Nationale de l'Agriculture Bio (FNAB) a réalisé en 2011 un recueil d'expériences de circuits courts à dimension sociale.

Alors que le bio industriel est de plus en plus décrié, tout comme l'achat de produits bio importés pour leur bilan carbone désastreux, le principal syndicat des agriculteurs bio met le bio-local à l'honneur. En publiant un guide pratique à destination des acteurs du développement de la filière bio, la FNAB veut ainsi de "valoriser des expériences innovantes à vocation sociale inscrites dans une des démarche d'Economie Sociale et Solidaire et donner des pistes de travail aux porteurs de projets, producteurs, acteurs des territoires et collectivités territoriales."

Ce recueil téléchargeable dans les actus du site de la FNAB présente 13 projets de circuits de proximité et circuits courts implantés dans différentes régions françaises, à travers 11 fiches de capitalisation d'expérience. "Nous avons souhaité y réunir des projets aux caractéristiques différentes afin d'être plus fidèles à la réalité des circuits de proximité" précise la FNAB.

Des projets innovants pour une économie locale et solidaire

Ce recueil permet de saisir la grande diversité des projets existants et, pour la plupart d'entre eux, leur caractère innovant et solidaire. De plus, s'il est encore nécessaire de le rappeler, les circuits courts et de proximité permettent de limiter les émissions de CO2 liées au transports des produits du lieu de production aux lieux de transformation et de vente.

Parce qu'il est aujourd'hui urgent, pour ne pas perdre de vue l'idée fondatrice du bio, de privilégier ces nouveaux modes de consommation et de commercialisation - qui sont en réalité un retour aux sources- la FNAB souligne la nécessité d'adaptation des territoires. Sans le soutien des collectivités territoriales, ces activités ne pourraient certainement pas faire face à la concurrence des produits importés." Ces modes de commercialisation soulèvent des enjeux nouveaux de développement sociétal, tant au niveau rural et périurbain que pour les villes" affirme ainsi la FNAB.

Célia Garcin