Bioaddict



La liste des 90 plus gros pollueurs de la planète

Publié Le 9 Décembre 2013 à 16h06
 
Une étude, publiée par la revue scientifique "Climatic Change" identifie pour la première fois les 90 entités (entreprises, états) responsables des deux-tiers des émissions de gaz à effet de serre qui se sont accumulées dans l'atmosphère depuis le début de la révolution industrielle jusqu'à nos jours... et qui dérèglent le climat de toute une planète.

Le dérèglement climatique n'est plus un concept abstrait sur lequel dissertent scientifiques et écologistes : il s'agit d'une réalité avec laquelle de nombreuses personnes doivent composer. La fonte de la banquise, l'acidification des océans et les phénomènes météorologiques extrêmes, comme les canicules record, les super-typhons ou les feux de forêts qui se sont multipliés ces dernières années, ne sont qu'un avant-goût de ce qui pourrait nous attendre.

Pendant ce temps, les industries des combustibles fossiles continuent d'extraire toujours plus de ressources des sous-sols, sacrifiant le climat et l'environnement sur l'autel du profit.

Et si on pouvait estimer les quantités de pétrole, de charbon et de gaz qui ont été extraites jusqu'à présent, et à quelle hauteur elles ont contribué à la concentration actuelle de carbone dans l'atmosphère ? C'est ce qu'a fait Richard Heede, ingénieur et directeur d'un cabinet de conseil indépendant spécialisé dans l'inventaire d'émissions. Ses recherches sur les émissions  de carbone cumulatives (historiques) des 90 plus " gros pollueurs " viennent d'être publiées par "Climatic Change", une revue scientifique soumise à comité de lecture.

Climat : ils sont 90 responsables de 2/3 des émissions de gaz à effet de serre

L'étude de Richard Heede montre que :

  • 90 gros pollueurs (CME) sont responsables du rejet d'environ 914 milliards de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone (Gt éq. CO2) de méthane et de CO2 à l'échelle mondiale entre 1854 et 2010.
  • Cela correspond à 63 % des émissions industrielles mondiales de CO2 et de méthane estimées pour cette période (ces émissions sont évaluées à 1 450,33 Gt éq. CO2 par le CDIAC).
  • Parmi les 90 CME, on trouve 83 des plus gros producteurs de combustibles fossiles (pétrole brut, gaz naturel liquéfié, gaz naturel et charbon) et sept fabricants de ciment.


Répartition des 50 entreprises privées :


- États-Unis : 21
- Europe : 17 (5 en Grande-Bretagne ; 3 en Allemagne ; 2 en France, en Italie et
en Suisse ; 1 aux Pays-Bas, en Espagne et en Autriche).
- Canada : 6
- Russie : 2
- 1 en Australie, au Japon, au Mexique et en Afrique du Sud.

Parmi les entreprises privées, les cinq premières : Chevron, ExxonMobil, BP, Shell et ConocoPhillips, représentent à elles seules 12,5 % des émissions. Toutes catégories confondues, le géant russe Gazprom se classe 5ème tandis que la compagnie néerlandaise Shell, son partenaire dans l'exploration pétrolière de l'Arctique, arrive en 6ème position.

Les entreprises françaises ne sont pas en reste : Total arrive au 7ème rang des plus gros pollueurs du secteur privé. Du côté des cimentiers, c'est le groupe Lafarge qui arrive en tête.

Cette étude nous apprend également que la moitié des émissions de ces 90 "gros émetteurs" ont été rejetées depuis 1986, ce qui montre à quel point l'utilisation des combustibles fossiles s'est accélérée ces trois dernières décennies. L'ensemble des 90 pollueurs ont rejeté 27,95 Gt éq. CO2 en 2010 soit 886 tonnes éq. CO2 par seconde !

90 entités qui dérèglent le climat de toute une planète

La crise climatique que nous traversons a été principalement causée par les producteurs de pétrole, de gaz et de charbon. Nous connaissons maintenant les principaux responsables, il est donc possible de les amener à rendre des comptes sur les impacts actuels du bouleversement climatique. Ces entreprises ont en effet une responsabilité vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre qu'elles ont rejetées jusqu'à ce jour. Elle partagent aussi la responsabilité des dégâts passés et à venir causés par les changements climatiques.

Il faut savoir que si la trajectoire actuelle des émissions mondiales devait se maintenir, il deviendrait difficile voire impossible d'empêcher que les changements climatiques entraînent des conséquences  catastrophiques à grande échelle. Et pourtant, toutes ces grandes entreprises envisagent encore d'extraire des ressources supplémentaires de pétrole, de gaz et de charbon encore inexploitées, et il sera alors impossible d'empêcher l'emballement du climat.

Dans un rapport intitulé "Point de non retour", l'association Greenpeace a ainsi identifié 14 projets (mines de charbon à ciel ouvert en Australie ou en Chine, sables bitumineux au Canada, projets pétroliers en Arctique ou au large du Brésil, etc.) qui pourraient nous faire franchir le seuil fatidique de 2°C d'augmentation des températures.

La réalisation de ces projets se fera au prix fort : des milliards de dollars seront nécessaires pour faire face aux ravages causés par des phénomènes météorologiques extrêmes, auxquels s'ajouteront des souffrances humaines incalculables et le décès prématuré de dizaines de millions de personnes dans les prochaines années. Qui va payer pour ces conséquences ? Les personnes les plus directement touchées ? Les gouvernements qui vont essayer de mettre en oeuvre des technologies d'adaptation ? Ou enfin le contribuable qui devra financer l'action publique ?

Les recherches sans précédents menées par R. Heede vont jouer un rôle déterminant pour amener les responsables des émissions de GES à rendre des comptes. À ce jour, ils ont échappé à toute responsabilité, tandis que les personnes qui subissent les impacts de l'emballement du climat ne savent pas à qui demander réparation pour les préjudices subis.

Parallèlement, pour éviter un emballement catastrophique du climat, nous avons aujourd'hui besoin d'un changement radical et la solution est à notre portée : les énergies renouvelables. D'ici à 2050, elles pourraient couvrir presque tous les besoins en énergie à l'échelle mondiale, à condition que les bonnes politiques soient mises en place et que l'efficacité énergétique devienne un objectif prioritaire.

Stella Giani

Voir la liste interactive des 90 plus gros pollueurs

voir les sources de l'infos