Bioaddict



good news

La part du bio progresse dans le caddie des Français

Publié Le 1 Septembre 2011 à 16h59
 
Excellente nouvelle pour le secteur du bio ! Une lettre publiée cette semaine par le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) fait état de "changements significatifs" dans les pratiques respectueuses de l'environnement des Français.

En effet, l'étude du Crédoc montre que les consommateurs sont aujourd'hui plus nombreux à acheter des produits bio, à déclarer se servir d'un sac réutilisable ou à prendre garde à ne pas gaspiller l'eau du robinet.

Ainsi, 63 % des sondés déclarent avoir acheté des produits bio au cours de l'année 2010, contre 31 % en 1995. Plus encourageant encore, 23 % affirment avoir recours au bio de manière régulière. Côté transports, si la voiture est encore largement utilisée, elle semble de moins en moins satisfaire la nouvelle génération (18-24 ans) : 59% d'entre eux l'utilisent contre 74% en 1980.

"Il y a de vrais changements de comportement, des normes sociales qui se sont installées", a précisé à l'AFP Sandra Hoibian, directrice adjointe du département conditions de vie au Crédoc.

Des écogestes de plus en plus automatiques

Et pour preuve, lorsqu'on demande aux Français par quel geste individuel ils pensent contribuer le plus à la protection de l'environnement, ils répondent à 59 % "l'élimination et le tri des déchets." La réduction de la consommation d'eau fait également figure "de norme sociale, tant elle s'est imposée dans l'ensemble de la société", souligne le Centre. On constate ainsi que 66 % des personnes interrogées déclarent avoir fait des efforts d'économies d'eau du robinet au cours des douze derniers mois. Ce qui est deux fois plus qu'en 1995 !

Les Français sont-ils prêts pour autant, en ces temps de crise, à mettre la main au portefeuille quand il s'agit de protéger la planète ? Alors que le gouvernement a lancé la chasse aux niches fiscales, le sondage montre qu'une minorité d'individus se dit prête à payer des taxes affectées directement à la défense de l'environnement. Le taux s'élève à 33 % alors qu'il était de 42 % en 2005, mais on constate toutefois un gain de 4 points par rapport à 2010.

Les Français sont-ils sur la bonne voie ? Pour le Crédoc, il est clair qu'un changement s'est opéré dans les mentalités et que la réduction des factures d'eau et d'électricité n'est plus la seule motivation des Français.

Célia Garcin