Bioaddict



Le bisphénol A nuit gravement à la santé


Sommaire
1 - Le bisphénol A nuit gravement à la santé
2 - Les produits qui contiennent du bisphénol A
3 - Les dangers du BPA
4 - Suffisamment de preuves pour agir
Publié Le 1 Novembre 2010 à 14h53
 
Deux nouvelles études viennent de relancer le débat sur le bisphénol A (BPA). L'une confirme que cette substance réduit la production et la qualité du sperme. L'autre confirme qu'elle peut pénétrer dans notre organisme par la peau. Le BPA, un perturbateur endocrinien redoutable, qui agit comme un " leurre hormonal ", n'a pas fini de révéler ses effets hautement toxiques sur la santé de l'Homme et celle des animaux.

Le bisphénol A vient de faire en quelques jours, de nouveau, beaucoup parler de lui.

- Le Canada vient de le classer dans la liste des substances toxiques.

Lire : Le Canada, 1er pays au monde à déclarer le bisphénol A toxique

- La France a maintenu l'interdiction de la commercialisation des biberons contenant du bisphénol A à partir du 1er janvier prochain malgré l'avis favorable que vient d'émettre l'Agence Européenne de Sécurité des aliments (EFSA) qui a déclaré " qu'il n'y avait pas lieu d'interdire cette substance, ni de reconsidérer la dose journalière admissible (DJA) qui est actuellement de 0,05 mg/kg de poids corporel ".

Lire : Le Bisphénol A interdit... mais uniquement dans les biberons

- Une étude menée par une équipe de recherche de l'INRA dirigée par le Pr Zalko (Toulouse) vient de confirmer que le BPA pouvait se transmettre par simple contact avec la peau, alors que l'on pensait que la seule voie de contamination était digestive. Les tickets de caisse et les papiers thermiques sont très concernés.

- Enfin, une nouvelle étude américaine publiée dans la revue " Fertility and sterility " vient de confirmer, une nouvelle fois, que la spermatogénèse était gravement affectée par le BPA....

Ces nouvelles preuves de la toxicité du BPA, qui arrivent en rafale, s'ajoutent à celles déjà très nombreuses sur lesquelles s'appuient les scientifiques pour demander son interdiction totale et pas seulement dans les biberons.