Bioaddict



Le maïs OGM MON 810, interdit en France, bientôt remis sur le marché ?!


Sommaire
1 - Le maïs OGM MON 810 présente bien plus d'inconvénients que d'avantages
2 - Des associations demandent l'interdiction définitive du maïs MON 810
Publié Le 28 Décembre 2009 à 17h48
 
Le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) a estimé mardi 22 décembre 2009 que la culture du maïs génétiquement modifié MON 810 du groupe Monsanto montre "plus d'inconvénients que d'avantages". Suite à la demande de renouvellement de son autorisation, les ONG écologistes demandent son interdiction définitive.
Carte des superficies régionales (en hectares) des cultures de maïs transgénique MON 810 en France pour l'année 2007
L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) et le Haut Conseil des biotechnologies (HCB), instance indépendante créée cette année par une loi pour éclairer les décisions des politiques, ont été saisis le 23 septembre 2009 afin d' expertiser l'avis de renouvellement de l'autorisation du maïs génétiquement modifié MON 810. Ce maïs OGM, de la mutinationale américaine Monsanto, a fait l'objet d'une clause de sauvegarde par le gouvernement français, interdisant en 2008 sa culture sur le territoire national.

Un maïs OGM qui produit lui-même un insecticide

Le maïs transgénique MON 810 produit un insecticide protégeant les cultures des attaques du pyrale, papillon dont les larves attaquent parfois les cultures maïs, ou du sésamie, genre de papillon dont les chenilles rongent les tiges du maïs.

Pratique pour les agriculteurs qui ne sont plus obligés d'épandre des insecticides et pesticides en grosses quantités. Mais cet avantage ne vaut qu'en cas de forte infestation selon le HCB. De plus, il existe des risques de dissémination de la culture du MON 810 et des incertitudes concernant les effets de ce type de culture sur les abeilles et les animaux d'élevage.

Enfin, le HCB pointe le surcoût pour l'agriculteur de l'achat de la semence de MON 810 si la pression des parasites est finalement moins importante que prévu.

Des questions qui manquent de réponses

Ce même comité ne soulève pas " d'éléments de risques biologiques que l'on puisse qualifier de majeurs et qui nécessiteraient une nouvelle série de questions ou de mise au point par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) ".

Il indique néanmoins que certaines questions posées à l'Agence européenne de Sécurité des Aliments (AESA) n'ont pas obtenu de réponse " du fait de l'absence d'effets majeurs et/ou faute de données suffisantes, que seule l'expérimentation en champ ou en laboratoire permettrait d'obtenir ".

Lire l'avis du Comité Scientifique du HCB sur le réponse de l'AESA

Plus d'inconvénients que d'avantages

Une majorité de membres du Comité économique, éthique et social (CEES), une des deux composantes du HCB, a considéré de son côté que les inconvénients globaux d'une mise en culture du MON 810 l'emportaient sur ses avantages, selon le communiqué du HCB.

A la lecture des données en sa possession, le CEES observe par exemple " qu'en ce qui concerne les effets toxiques pour la santé, de grandes incertitudes demeurent; des études à long terme ayant une puissance statistique suffisante devraient être entreprise sur des lots significatifs d'élevage ".

Lire les recommandations du CEES du HCB concernant le MON 810 .

Des recommandations qui apportent " un éclairage essentiel pour la décision politique "

" Les autorités françaises souhaitent donc que les conclusions du Conseil, votées à l'unanimité des Etats membres en décembre 2008 pour renforcer l'expertise scientifique communautaire, soient rapidement mises en oeuvre et qu'un état d'avancement à un an en soit présenté ", informe le Ministère de l'Ecologie.

Les associations écologistes demandent quant à elles l'interdiction définitive du maïs de Monsanto.

Lire notre article : FOOD INC : Achète, mange, meurs et vas te faire Food !