Bioaddict



Le perchloréthylène dans nos pressing : un solvant toxique et polluant

 
Le perchloréthylène résulte de l'activité humaine, il n'est pas présent naturellement dans l'environnement. Il fait partie de la famille des composés organiques volatils (COV) qui regroupe plusieurs milliers de substances telles que les hydrocarbures et les solvants. Il intervient dans la production d'ozone à basse atmosphère, en réaction avec les oxydes d'azote sous l'action des ultraviolets .

On estime qu'environ 85 % de la production de perchloréthylène sont émis dans l'atmosphère par évaporation. Dans l'atmosphère, le tétrachloréthylène est soumis à une photo-oxydation, c'est-à-dire qu'il s'oxyde sous l'énergie du soleil. Sa persistance peut alors varier entre une demi-vie de deux mois et une dégradation complète en une heure.

Concernant la problématique environnementale des pressings, l'utilisation de solvant peut entraîner, en cas d'équipement déficient ou de mauvaise pratique, une pollution des eaux (30% de production de boues de perchloréthylène mêlées aux salissures qui partent dans les égouts, et des traces de pollution dans les eaux de contact). De plus, certains pressings éliminent les boues venant des machines de nettoyage à sec dans les toilettes .

Or, en milieu aquatique, la dégradation chimique du tétrachloréthylène est assez lente, la volatilisation étant son principal processus de perte. Ce dernier peut donc causer des effets à long terme sur l'environnement aquatique .

La pollution au perchloréthylène existe surtout en Ile-de-France et reste dangereusement active dans le réseau et dans le milieu naturel. (Interdiction de rejet. Arrêté du 2 mai 2002 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à déclaration sous la rubrique n°2345, JO du 5 mai 2002.)

Les produits de dégradation du tétrachloréthylène sont le trichloréthylène, le
dichloréthylène (principalement le cis-1,2) et le chlorure de vinyle.