Bioaddict



Le poisson sauvage n'est pas bio !

 

Le cahier des charges de l'aquaculture bio ( www.agriculture.fr) a été établi en août 2000 par arrêté ministériel. Il est très strict et très contraignant. Il impose aux producteurs le respect du bien- être des poissons, le respect de l'environnement, et le respect des consommateurs.

Ainsi, en ce qui concerne l'alimentation des poissons d'élevage bio, elle doit être assurée au maximum par des produits de qualité supérieure, tous issus d'un mode de production biologique, et qui ne doivent pas compromettre la capacité de renouvellement des espèces, ni porter préjudice aux écosystèmes marins.
Les poissons bio bénéficient notamment d'aliments garantis sans aucun produit provenant d'animaux terrestres.

Ces aliments sont composés de farines et huiles de poissons dont la teneur en polluants chimiques de synthèse et métaux lourds (PCB, plomb,Cadmium,mercure) est strictement limitée par la réglementation et régulièrement contrôlée.Ces poissons proviennent de pêches gérées par quotas pour préserver les ressources naturelles.

L'alimentation est également composée de végétaux, tous issus de l'agriculture biologique et garantis sans OGM, de vitamines naturelles et de sels minéraux.

L'addition dans les aliments de stimulateurs de croissance, d'additifs médicamenteux, de colorants chimiques de synthèse, de stimulateurs d'appétit à effet hormonal, ou de toute hormone de synthèse est strictement interdite.

Quant aux eaux dans lesquelles les poissons bio sont élevés elles doivent être de grande qualité.

Les eaux d'estuaires, et /ou placées directement sous influence estuarienne, sont bien entendu exclues, ainsi que les eaux chauffées artificiellement en provenance de refroidissement des industries urbaines, thermiques ou nucléaires.

Seuls les sites se situant dans un milieu faiblement exposé aux risques de pollution inhérents aux activités urbaines, industrielles, piscicoles non biologiques et agricoles intensives peuvent donc accueillir un élevage biologique.

Si dans un espace aquatique ouvert (fjord, lac, mer, ...), il y a présence simultanée d'élevages biologique et d'élevages conventionnels, toutes les mesures d'isolement et d'éloignement doivent être prises.

Concernant les élevages en rivière, ou en milieu terrestre les lieux de production biologique doivent être systématiquement situés en amont des élevages conventionnels.

Quant à la distance séparant les élevages biologiques des élevages conventionnels, elle doit tenir compte de la quantité de poissons d'élevage dans la zone, de la taille des élevages, de la qualité des eaux et de leur capacité épuratrice, de l'hydrologie de la zone, etc.