Bioaddict



good news

Les déchets plastiques recyclés en carburant

Publié Le 22 Novembre 2010 à 15h01
 
Produit dérivé du pétrole brut, le plastique non recyclé devrait bientôt trouver une seconde vie en étant transformé en gazole directement exploitable pour les voitures.

La filiale de GDF Suez, SITA UK, prévoit de traiter en Grande-Bretagne 60 000 tonnes de déchets plastiques mixtes par an pour les transformer en 40 millions de litres de combustible diesel. C'est peu si l'on sait que 1 million et demi de tonnes environ de résidus plastiques mixtes ne sont pas recyclés chaque année au Royaume-Uni, mais c'est un début prometteur.

Pour ce faire, SITA UK a signé un accord exclusif avec Cynar Plc, une entreprise britannique axée sur les nouvelles technologies de conversion, pour bâtir deux à trois usines par an au Royaume-Uni. L'objectif étant d'en construire au total 10. La première usine devrait voir le jour à Londres d'ici fin 2011.

Une technologie déjà utilisée en Irlande

Chaque usine est conçue pour assurer la conversion de quelque 6 000 tonnes de déchets plastiques mixtes par an, normalement destinés à la décharge. Chacune devrait produire plus de 4 millions de litres de combustible diesel à partir de plastique en fin de vie.

" Ce qui rend ce projet unique, c'est qu'il y avait déjà des projets de transformation de déchets de plastique en pétrole brut, mais il n'y en avait pas pour transformer le plastique directement en gazole immédiatement utilisable", assure David Palmer-Jones, directeur général de Sita UK.

Des déchets plastiques convertis en combustibles liquides

Sur une tonne de déchets plastiques traités dans les futures usines britanniques, environ 75 % seront convertis en gazole, de 15 à 20 % en kérosène, qui pourra être à nouveau transformé en essence dans une raffinerie, et une petite quantité en gaz, pour alimenter notamment l'usine de production en énergie.

Ce processus de valorisation des déchets plastiques devrait conduire à une production à un coût inférieur à celui du diesel normal, assure Suez Environnement, " sans compter que le combustible lui-même ainsi obtenu devrait avoir une empreinte carbone moins élevée que le diesel classique ".

Après la pétrochimie et les agrocarburants, c'est donc un troisième mode de production de carburants qui se met en place. Avec à la clé le recyclage de quantités considérables de matières plastique.

Emilie Villeneuve

A lire aussi : Un " continent " de déchets plastiques de la taille du Texas pollue l'Atlantique Nord