Bioaddict



Les Français se mobilisent pour "sauver le bio dans les cantines"

Publié Le 7 Mars 2016 à 19h58
 
Le 2 mars 2016, un sénateur du Lot et Garonne a déposé un amendement supprimant le seuil de 20% d'aliments bio obligatoires en restauration collective publique d'ici à 2020. L'association Agir pour l'Environnement appelle les Français à se mobiliser "pour obliger les sénateurs à voter un nouvel amendement réintroduisant le seuil des 20%" le 9 mars.
L'association Agir pour l'Environnement invite les citoyens Français à interpeller leurs sénateurs pour qu'ils rétablissent le seuil de 20 % de bio dans la restauration collective publique supprimé en commission.

 

Depuis le début de l'année 2016, les députés et sénateurs ont la responsabilité de débattre et d'adopter la proposition de loi numéro 303 visant à favoriser l'ancrage territorial de l'alimentation. En janvier dernier, plus de 116 000 citoyens ont interpellé les députés pour l'adoption d'une loi inscrivant l'obligation d'introduire 40 % d'aliments issus d'une production locale (dont 20 % d'aliments issus de l'agriculture biologique) en restauration collective publique à l'horizon 2020.

Suite à cette mobilisation massive, les députés ont adopté la proposition de loi à l'unanimité et sans la dénaturer. Malheureusement, le 2 mars, le sénateur UDI du Lot et Garonne, Mr Henri Tandonnet, a déposé et fait voter un amendement supprimant le seuil de 20% d'aliments issus de l'agriculture biologique !

Le mercredi 9 mars, l'ensemble des sénateurs auront à débattre et voter cette proposition de loi. Pour réintroduire le seuil des 20% d'aliments bio et ainsi "sauver le bio dans les cantines", l'association Agir pour l'Environnement a lancé une pétition nationale que tous les Français sont invités à signer. C'est en effet le seul moyen pour que le peuple puisse peser sur les décisions de nos élus politiques.

"Nous devons être des dizaines milliers pour obliger les sénateurs à écouter ET entendre qu'aujourd'hui 76 % des Français se déclarent favorables à l'obligation d'introduire des produits bio et locaux dans la restauration collective. Si ce seuil des 20% est réintroduit, d'ici peu de temps, toutes celles et ceux (et notamment les enfants) qui auront le plaisir de goûter des aliments bios, locaux et de saison dans leur cantine vous remercieront ! Rappelons aussi que les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à franchir le pas de la conversion biologique car il s'agit d'une filière souvent avec des débouchés plus sûrs et rémunérateurs" précise Agir pour l'Environnement.

Pour favoriser le développement de l'agriculture biologique en France, une agriculture respectueuse de la santé des consommateurs, de la santé des animaux et de l'environnement, les Français sont ainsi invités à signer la pétition ici : http://cantinebio-senateurs.agirpourlenvironnement.org/

Romy Heisenberg