Bioaddict



Les mesures pro-pesticides de Stéphane Travert provoquent un tollé

Publié Le 26 Juin 2017 à 19h45
 
Le nouveau ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, dans l'émission "Bourdin Direct" du 26 juin 2017, a déclaré vouloir ré-autoriser les insecticides tueurs d'abeilles, les épandages aériens de pesticides et interdire les préparations naturelles destinées à remplacer les traitements chimiques ! Une "honte", une "véritable provocation", "des cadeaux incroyables à l'industrie des produits chimiques " pour les ONG, abasourdies par ces déclarations.
Jean-Jacques Bourdin et Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, dans "Bourdin Direct" sur BFMTV et RMC, le lundi 26 juin 2017

 

Depuis plusieurs décennies, la France a réalisé un travail considérable, y compris dans le domaine de la recherche, pour comprendre les causes des surmortalités d'abeilles et de pollinisateurs sauvages. Les scientifiques ont identifié les insecticides néonicotinoïdes, encore appelés tueurs d'abeilles, comme une des principales causes. Sous la pression des apiculteurs et des ONG, leur usage a progressivement été limité en France. La Loi sur la reconquête de la biodiversité de 2016 les interdits totalement au 1er septembre 2018.

Les travaux et les décisions de la France ont fait mouche à Bruxelles. En début d'année, la Commission européenne a présenté une proposition qui pourrait mener à l'interdiction de trois de ces insecticides si elle est votée par la majorité des Etats membres : le thiamethoxame (produit par Syngenta), la Clothianidine et l'Imidaclopride (tous deux produits par Bayer). L'affaire est bien engagée. " La commission parlementaire en charge de l'environnement au Parlement européen vient de voter le 22 juin, à une écrasante majorité, y compris avec des voix de la droite européenne, pour l'extension et le renforcement du champ d'interdiction de ces néonicotinoïdes tueurs d'abeilles ", note le Groupe Socialistes et Démocrates dans un communiqué du 26 juin.

Réautoriser les épandages aériens de pesticides et interdire les préparations naturelles

Aussi, les déclarations du nouveau ministre de l'Agriculture Stéphane Travert dans "Bourdin Direct" sur BFMTV et RMC le lundi 26 juin 2017, ont fait l'effet d'une bombe. Venant confirmer un projet émanant de ses services, totalement à contre-courant, il a annoncé qu'il voulait assouplir la législation sur les néonicotinoïdes en procédant par ordonnance. Et pas seulement : il était encore question de réautoriser l'épandage de pesticides par avion et d'interdire des préparations naturelles destinées à remplacer les pesticides chimiques !

Les réactions ont été immédiates. " C'est une honte absolue, c'est du même niveau que Donald Trump qui recule sur le climat ", a déclaré Henri Clément, porte-parole de l'Union nationale de l'apiculture française. C'est " une véritable provocation " pour Générations Futures qui s'est dit prête à tout faire pour " faire échec à ces projets inacceptables ". Finalement, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire a fait plié le gouvernement en rappelant une promesse de campagne d'Emmanuel Macron : ne pas revenir sur la législation interdisant les néonicotinoïdes. Matignon a publié un communiqué : " le Gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016 ".

Reste que deux autres projets du ministère de l'Agriculture n'ont pas été commentés par le gouvernement dans le communiqué de Matignon : la ré-autorisation des épandages par avion et l'interdiction des Préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP), alternatives aux pesticides chimiques.

"Générations Futures est choquée par ces mesures envisagées qui constitueraient de véritables régressions en matière d'environnement et de santé et, en même temps, des cadeaux incroyables à l'industrie des produits chimiques !" a déclaré François Veillerette, directeur de Générations Futures. "Il faut que le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire bloque ces mesures à tout prix" a déclaré l'ONG.

Anne-Françoise Roger