Bioaddict



Les produits de la mer de saison à privilégier pour préserver la biodiversité


Sommaire
1 - Les produits de la mer de saison à privilégier pour préserver la biodiversité
2 - Les crustacés d'élevage d'origine Madagascar
Publié Le 29 Novembre 2009 à 13h40
 
Il est important lorsque nous achetons du poisson de ne pas le choisir au hasard sur les étales pour pouvoir profiter au maximum de la richesse que la mer nous offre. Le Centre National de la Mer Nausicaa a listé des produits de la mer à privilégier jusqu'à la fin de l'année, avec le conseil du laboratoire Ifremer, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer de Boulogne-sur-Mer.
1/1

 

" 2 226 000 tonnes de produits de la mer sont consommés en France chaque année. Si chaque Français choisit une fois dans l'année un produit parmi les espèces pérennes, cela aura un impact positif sur 18 000 tonnes de poissons (60 millions x 300 g) ", indique Nausicaa.

Les scientifiques étudient chaque année l'état des stocks, c'est-à-dire la quantité de poissons adultes que l'on peut pêcher en préservant un nombre suffisant de poissons qui vont se reproduire.

Voici donc une liste de poissons, de coquillages et de crustacés à privilégier pour votre assiette :

Les poissons d'origine Atlantique Nord-Est :

- Le lieu noir (35 cm)

En consommant davantage de lieux noirs, nous consommerons moins d'espèces dont les stocks sont déjà surexploités comme la morue. Attention, il faut acheter des lieus noirs dont la taille est d'au moins 35 cm (calibre minimum de consommation), car ces animaux ont eu le temps de se reproduire au moins une fois. Selon leur taille, les femelles portent de 200 000 à 4 millions d'oeufs mais bien peu d'entre eux donneront des adultes.

- Le tacaud (25 cm)

Comme le lieu noir, consommer davantage de cette espèce de la Manche permettrait de laisser les stocks de morue se régénérer. Il faut acheter des tacauds dont le poids est d'au moins 125 grammes (calibre minimum de consommation) pour que ces animaux puissent se reproduire au moins une fois.

• Dans les ports de Cherbourg à Dunkerque :

- La coquille Saint Jacques (11 cm)

Consommez davantage de coquilles Saint-Jacques, dont la taille doit être d'au moins 11 cm, et vous donnerez une chance aux stocks de poissons surexploités de se régénérer.

De plus, la coquille St Jacques offre un rendement écologique assez exceptionnel puisqu'il faut deux à trois grammes de plancton végétal pour que la coquille Saint-Jacques grossisse de 1 gramme. En comparaison, pour grandir de 1 gramme, un thon aura consommé 20 grammes de proies qui auront consommé 1 000 grammes de phytoplancton !

- Le hareng (calibre minimum de consommation : 20 cm)
- L'encornet (200g)
- Le merlan (27 cm)
- Le bar (36 cm)

Vous pouvez aussi consommer dans ces ports et pour la saison le rouget barbet (18 cm) et la petite roussette (60 cm).

Attention, il faut bien respecter le calibre minimum de consommation pour que ces animaux aient le temps de se reproduire au moins une fois!

• Espèces d'élevage d'origine France, Espagne ou Pays-Bas :

- Les huîtres

Le développement parallèle de fermes d'huîtres d'élevage est essentiel à une bonne gestion de la ressource et permet de répondre à une demande croissante de la consommation.

D'autant plus que les huitres sont excellentes à la santé ! Elles regorgent de vitamines, de fer, de cuivre et surtout d'iode, éléments indispensables à l'organisme.

Selon l'Ofimer, l'office national interprofessionnel des produits de la mer et de l'aquaculture, douze huîtres couvrent environ 80 % de nos besoins en vitamine D et ne font seulement que 70 kcalories.

- Les moules

L'essentiel de la production de moules en France provient de l'élevage. Ainsi, le développement parallèle de fermes d'élevage est elle aussi indispensable à une bonne gestion de la ressource pour que nous puissions en consommer durablement.

 

N'hésitez pas à imprimer le marque page Nausicaa (en image ci-contre). Dans votre poche, il vous sera utile lors de vos courses pour vous souvenir des produits de la mer à privilégier.