Bioaddict



good news

Les Relais & Châteaux retirent de leurs cartes les espèces de poissons menacées

Publié Le 5 Janvier 2010 à 02h26
 
Face à la suractivité dévastatrice de la pêche, les cuisiniers des Relais & Châteaux s'engagent pour " la sauvegarde du plus grand garde-manger de l'humanité : la mer ".
Olivier Roellinger, vice-président de l'association des Relais et Châteaux

" En Europe, la moitié des produits de la mer sont consommés dans les restaurants ", expliquent dans un communiqué les Relais & Châteaux, dont les membres prennent des mesures restrictives en faveur d'une pêche éco-responsable et d'un approvisionnement en produits aquatiques durables.

Les membres Relais & Châteaux se disent " conscients du rôle qu'ils peuvent jouer pour la préservation des ressources, en tant qu'acheteurs professionnels de produits de la mer" et sont aujourd'hui " prêts à s'engager dans une démarche d'approvisionnement en produits de la mer durables (stock en bon état, taille de maturité sexuelle atteinte, technique de pêche respectueuse de l'environnement) ".

Ils s'engagent ainsi à communiquer leurs choix auprès du consommateur (origine des espèces proposées...) et à ne plus servir d'espèces menacées. Ils  retireront ainsi de leur carte en 2010 des poissons comme l'empereur, l'anguille ou encore le thon rouge.

" Etant donné la situation d'urgence vis-à-vis du thon rouge (Atlantique et Méditerranée), les membres Relais & Châteaux s'engagent à ne plus servir cette espèce à partir du 1er janvier 2010 ", souligne le communiqué.

Relais et Châteaux travaille notamment avec l'Alliance Produits de la mer (Seafood Choices Alliance), une ONG internationale de référence dans le domaine, oeuvrant pour un approvisionnement durable en produits de la mer.

Les membres Relais & Châteaux reconnaissent ainsi le rôle majeur qu'ils peuvent jouer pour la préservation des ressources, en tant que prescripteurs clé dans le choix des espèces qu'ils achètent. Une belle initiative pour 2010 dont les autres restaurateurs devraient s'inspirer !

Emilie Villeneuve

A lire aussi : Les scientifiques attestent que le commerce de thon rouge doit être interdit