Bioaddict



Nanotechnologies : il est urgent de les encadrer


Sommaire
1 - Multiples applications et multiples incertitudes...
2 - Impacts sanitaires et problèmes éthiques
Publié Le 10 Novembre 2011 à 13h50
 
Le Centre d'Analyse Stratégique qui conseille le Gouvernement vient de publier un rapport permettant de mesurer l'importance considérable des nanotechnologies et les problèmes potentiels qu'elles soulèvent en termes de santé, d'environnement et d'éthique. Il propose cinq recommandations pour encadrer très rapidement leur développement.

Après les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) voici venu le temps des OAM (Organismes Atomiquement Modifiés), les nanoproduits. Leur taille est de l'ordre du milliardième de mètre et ils ont des applications multiples, en progression constante, dans de nombreux domaines comme la médecine, la pharmacie, les produits cométiques, l'alimentation, les vêtements... Très rapidement ils couvriront tous les secteurs d'activité.

Il s'agit bien d'une innovation majeure qui prépare une véritable révolution industrielle.
Mais ne sommes nous pas allés trop vite ? Les nanotechnologies, actuellement développées sans véritables garde fous, ne risquent-elles pas de provoquer des catastrophes sanitaires, environnementales et sociétales comme beaucoup le craignent ? Comment assurer leur développement sans faire courir à l'homme des risques aujourd'hui encore insoupçonnés ?

De multiples applications

Bien que le terme nanotechnologies ait été employé en 1974 par un chercheur japonais ce n'est que depuis une dizaine d'années que les applications de cette nouvelle technologie, en rupture totale avec ce qui se faisait auparavant, ont commencé. Elles concernent des disciplines scientifiques très variées comme la physique, la chimie, la biologie, les sciences cognitives... Et à travers le monde des équipes de recherche ont engagé la course aux brevets.

Il faut dire que les applications des nanomatériaux, inenvisageables il y a seulement quelques années, sont extraordinaires et quasiment infinies.

Aujourd'hui ils sont déjà utilisés pour améliorer les propriétés des matériaux, pour les alléger, pour renforcer leur résistance, pour améliorer leur adhérence, pour transporter des principes actifs des médicaments jusqu'aux cellules cibles à détruire, pour augmenter la durée de vie des outils, pour améliorer le rendement des panneaux solaires, pour optimiser la filtration de l'eau, pour augmenter l'autonomie des batteries...

Dans le domaine de la santé les nanotechnologies vont permettre d'améliorer le diagnostic et le traitement des maladies, en affinant les techniques de laboratoire et en optimisant l'efficacité des médicaments : les principes actifs pourront être transportés jusqu'aux cellules cibles à détruire.

Concrètement aujourd'hui plus de 1 300 produits incorporant des nanotechnologies sont déjà commercialisés. Mais une fois de plus les responsables politiques sont dépassés par cette nouvelle technologie qui a ainsi pu se mettre en place et se développer sans véritable cadre réglementaire ou juridique. Ce vide a déjà permis aux nanoproduits de s'installer insidieusement dans notre quotidien.