Bioaddict



Oise : un agriculteur lance sa marque de pâtes bio et locales

Publié Le 27 Mai 2020 à 19h26
 
Romaric Paucellier, 41 ans, agriculteur au Plessier-sur-Bulles, a lancé une cagnotte en ligne pour créer un atelier meunier bio et un laboratoire de transformation sur sa ferme puis lancer sa marque de pâtes bio et locales.
Oise : Romaric Paucellier souhaite créer une marque de pâtes bio et locales avec les céréales produites sur sa ferme

 

A 37 ans, ce fils, petit-fils, et arrière-petit-fils de paysan, a repris l'exploitation familiale conventionnelle pour la transformer en bio.

Située dans l'Oise, entre Beauvais et Saint Just en Chaussée, cette exploitation s'étend sur 80 hectares où il y cultive du blé, du maïs, du triticale, de la luzerne, des féverolles, des lentilles, du sarrasin, mais également des pommes, des poires et des fraises (disponibles en vente directe à la ferme).

"Aujourd'hui, je ne peux pas agrandir ma surface d'exploitation, mais j'ai imaginé un projet de transformation de mes céréales en pâtes de manière à vivre de ma passion. Je souhaite proposer des pâtes fraîches ou sèches certifiées Agriculture Biologique réalisée avec mes céréales produites sur ma ferme. Des produits de qualité en circuit court. Du bio, du bon, du local", explique Romaric Paucellier qui souhate concevoir des pâtes au blé mais aussi au sarrasin, aux lentilles ou encore au petit-épeautre.

"La création de cet atelier meunier et de transformation de pâtes demande un investissement total de 15 000€ pouvant s'échelonner dans le temps. Je souhaite acheter un moulin pour moudre mon blé et produire ma farine qui me servira à fabriquer mes pâtes. Je possède déjà la machine à pâtes car il y a quelques temps j'ai trouvé une bonne occasion. Le montant reste raisonnable car je suis très bricoleur et le travail ne me fait pas peur (et comme beaucoup je ne compte pas mon temps). Alors pour réduire les coûts, je récupère, je transforme, je recycle, j'achète à petits prix tout ce qui peut me servir" précise-t-il.

Son projet a suscité l'intérêt de nombreux contributeurs (près de 200) : la cagnotte lancée le 30 avril sur le site www.miimosa.com a déjà permis de récolter plus de 16 000 euros, ce qui permettra à Romaric de débuter son activité en proposant des pâtes fraîches. Si la cagnotte arrive à collecter 16 500€, il pourra proposer des pâtes sèches grâce à l'achat de matériaux pour la fabrication d'un séchoir. Et pour 19 500€, il pourra gagner en capacité de production en équipant l'atelier d'une ensacheuse-soudeuse.

Il reste encore 3 jours si vous souhaitez participer à la cagnotte et l'aider à réaliser ses projets : www.miimosa.com/fr/projects/ma-bonne-pate.

Romaric Paucellier espère commencer à produire à l'automne. On lui souhaite beaucoup de succès !

Alexandre Sieradzy