Bioaddict



Oui, les mauvaises herbes peuvent être utiles au jardin !

Publié Le 29 Février 2016 à 18h41
 
Les Editions Delachaux et Niestlé ont annoncé la parution d'un ouvrage pratique et illustré pour apprendre l'intérêt et les bons usages des plantes sauvages au jardin et à la ville.
"Mauvaises herbes, je vous aime ! Du bon usage des plantes sauvages au jardin et à la ville", un ouvrage de Brunhilde Bross-Burkhardt aux Editions Delachaux et Niestlé

 

Oui, les mauvaises herbes peuvent être utiles au jardin ! Cet ouvrage en fait la démonstration à grands renforts de conseils pratiques.

Pour la première fois, un guide présente ainsi les mauvaises herbes sous un jour bénéfique ! Il préconise un contrôle doux de ces plantes plutôt qu'une simple éradication car elles s'avèrent plus utiles que ce que l'on croit, comme plantes médicinales, en cuisine ou, tout simplement, comme éléments esthétiques dans les jardins.

Pour chacune d'entre elles, sont mises en exergue les informations essentielles, des vues d'ensemble du jardin ainsi que des focus sur les détails des plantes pour apprendre à les reconnaître. Selon l'endroit où ces dernières poussent (massifs, champs, bordures, lisières, chemins...), une classification pratique permet d'identifier l'espèce.

"Afin que les mauvaises herbes puissent être contenues dans un cadre acceptable, il faut d'abord connaître le rythme de vie de chaque espèce, comment elle se reproduit et se propage. On peut ensuite agir de façon ciblée" explique l'auteure, Brunhilde Bross-Burkhardt.

Elle précise : "En tant que jardinière et spécialiste diplômée en sciences de l'agriculture, je connais naturellement les côtés négatifs des mauvaises herbes. Je sais bien qu'elles nuisent aux plantes cultivées dont elles diminuent les rendements, parfois jusqu'à l'anéantissement. Dans l'esprit des gens, l'image des mauvaises herbes comme plantes nuisibles est profondément ancrée. Cette conception s'explique facilement car, dans les champs comme dans les plates-bandes et les massifs, elles sont les concurrentes des plantes utiles. Si elles prennent le dessus, la récolte est compromise. Mais de nos jours, grâce aux méthodes de culture biologiques, agriculteurs et jardiniers peuvent les traiter beaucoup mieux que par le passé, de sorte que ce type de végétation ne doit plus être perçu comme une menace. De plus, nous connaissons aujourd'hui la valeur écologique des mauvaises herbes en milieu ouvert, dans les jardins et même dans l'environnement urbain. Une nouvelle vision de ces plantes s'impose, qui s'exprime dans la transformation de leur nom en " herbes des champs " ou " herbes sauvages ". Les " mauvaises herbes " font partie de la biodiversité et revêtent ainsi une importance énorme pour la survie de l'humanité."

De la description des espèces aux recettes de smoothie, des informations sur leurs caractéristiques et leur incidence aux conseils pour vivre en équilibre avec les mauvaises herbes... Ce guide pratique vous présente des plantes sauvages qui vivent aussi bien dans les jardins que dans les villes.

"Mauvaises herbes, je vous aime ! Du bon usage des plantes sauvages au jardin et à la ville", Editions Delachaux et Niestlé, un ouvrage à paraître le 7 avril 2016. (155x255, 208 pages, prix indicatif : 21,90€)

ME