Bioaddict



Quel avenir pour les panneaux solaires domestiques ?

Publié Le 17 Juillet 2014 à 16h42
 
Jusqu'à récemment, installer des panneaux photovoltaïques sur son toit présentait un gros avantage : l'électricité produite pouvait être vendue à EDF à un bon prix. Mais les temps changent, et les pratiques se tourneront bientôt vers une consommation plus locale de l'électricité.
Quel avenir pour les panneaux solaires domestiques ?

Dans l'argumentaire des vendeurs de panneaux photovoltaïques, l'achat d'un tel système peut être rentabilisé en moins de dix ans en injectant cette électricité sur le réseau. Mais le prix d'achat a chuté de moitié depuis 2009, le gouvernement semblant avoir décidé que le soutien aux énergies vertes risquerait à terme de coûter trop cher au client final d'électricité. Leur financement nécessite en effet la mise en place de taxes sur la consommation d'électricité telles que la CSPE, qui gonfle chaque année de 3%.

Une autre raison à la décision du gouvernement de réduire les subventions, c'est sans doute le fait que le coût de production de l'énergie photovoltaïque est en forte baisse, grâce à l'amélioration des rendements. De l'autre côté, le prix de l'électricité produite par les centrales nucléaires est quant à lui en hausse, ce qui mène à une augmentation du prix du kWh d'EDF. Pour le Syndicat des énergies renouvelables (SER), cela ne peut signifier qu'une chose : la production d'énergie photovoltaïque se dirige vers un nouveau type d'usage fondé sur l'autoconsommation et la consommation de proximité. L'amortissement de l'investissement lié à l'achat du matériel ne se fera plus majoritairement par la revente sur le réseau, mais par l'économie de consommation permise par la production locale.

Production à domicile, pour le voisinage...

Les sites concernés seraient en priorité les sites industriels et commerciaux comme les grandes surfaces, et les campus universitaires, dont la consommation est en adéquation relative avec l'ensoleillement puisqu'elle se passe surtout pendant les heures de jour. L'usage pourra aussi être résidentiel, et concernera plus particulièrement les "îlots urbains" en cours d'aménagement.

Sur ces sites, la distribution de l'électricité produite pourra se faire via des antennes de distribution basse tension. Ces systèmes s'inscrivent donc dans la logique des smartgrids, ces réseaux intelligents sur lesquels tous les points de livraison d'électricité communiquent entre eux. Ces réseaux, qui devraient arriver vers 2020 grâce à l'introduction des compteurs Linky, permettront une gestion plus intelligente de la distribution d'électricité puisque chaque compteur communique en temps réel sur ses besoins. C'est cela qui permettra à l'électricité d'être consommée localement sur le réseau basse tension, et ainsi d'éviter un transport sur de longues distances qui occasionne généralement des pertes d'énergie pouvant s'élever à 20%.

...ou pour une consommation propre

Il sera aussi possible de produire de l'énergie à destination de sa seule maison. Dans ce cas, il est nécessaire de mettre en place un système de stockage pour pallier l'intermittence de la production des panneaux solaires. Figurez-vous par exemple une après-midi ensoleillée d'un jour de semaine, où les panneaux solaires chauffent à plein régime mais où personne n'est présent dans le foyer pour utiliser l'électricité produite. Pour ce cas de figure, il existe aujourd'hui des modèles de batteries lithium-ion pour une utilisation domestique, dont le rendement a doublé sur les 25 dernières années. L'avenir réside cependant dans les systèmes de pile à hydrogène, qui permettent le stockage de l'électricité sous forme de combustible avec un faible taux de pertes lié à la transformation. Ces modèles n'existent encore en Europe qu'à l'état de prototype, mais sont déjà commercialisés au Japon. Selon Sam Jaffe, analyste senior chez Navigant Research, l'ensemble des immeubles au monde dispose aujourd'hui d'une capacité de stockage cumulée de 10 GWh, soit une goutte d'eau en comparaison des plus de 4 000 TWh d'électricité produits dans le monde chaque année. Ces systèmes devraient se développer pour tripler en capacité d'ici l'an 2022.

Pour prévoir cette révolution à venir qui pourrait bien démocratiser l'installation de panneaux photovoltaïques domestiques, le SER propose à l'Etat de mettre en place un mécanisme de soutien à l'autoconsommation. Espérons qu'il donnera des gages aux constructeurs de solutions solaires, permettant ainsi à la filière de se développer de façon stable.

publi-redactionnel

Acceuil Biomap
Thermasse Poêles Bois
Hameau de Saizerey Eco-habitat Eco-construction et travaux Voir la fiche