Bioaddict



Réchauffement climatique : les émissions mondiales de CO2 enfin stabilisées

Publié Le 14 Novembre 2016 à 14h25
 
Un nouveau rapport vient de révéler que les émissions de gaz à effet de serre (GES) issues des énergies fossiles n'augmentent pratiquement plus depuis 3 ans. Un progrès inédit mais encore insuffisant pour contenir le réchauffement climatique.

 

C'est une bonne nouvelle. Dans un article publié ce jour dans la revue " Earth system Science Data " (ESSD), la Professeure C. Le Quéré de l'Université britannique d'East Anglia vient d'annoncer que les émissions de carbone, ce gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique, émis par la combustion des énergies fossiles, n'avait pas augmenté en 2015, et que la projection 2016 ne prévoyait qu'une faible augmentation d'environ 0,2%.

Depuis 3 années consécutives les émissions de CO2 semblent donc maitrisées malgré une forte augmentation de la croissance économique mondiale, notamment celle de la Chine. Et c'est même grâce à la Chine que cette stabilisation a été obtenue. Selon le Global Carbon Project, la Chine a en effet réduit fortement l'utilisation du charbon comme source d'énergie.

Cela sera-t-il suffisant pour limiter l'augmentation du réchauffement climatique à moins de 2 degrés Celsius, condition sine qua non pour éviter une catastrophe planétaire irréversible ? Non, estime la Pr Le Quéré. La stabilisation ne suffira pas. Les émissions globales de CO2 doivent impérativement baisser rapidement d'environ 1% par an d'ici 2030.

Cette étude est présentée ce lundi 14 septembre 2016 à Marrakech dans le cadre de la COP 22. La Pr Le Quéré espère qu'elle va motiver les négociateurs pour accélérer la réduction d'émissions de CO2. "Si les négociateurs pouvaient à Marrakech trouver l'élan pour accélérer encore les réductions d'émissions, nous ferions un sérieux pas dans la lutte climatique", explique-t-elle.

Sont particulièrement concernés la Chine qui, malgré une baisse de 0,7% en 2015, émet aujourd'hui 29% des GES, les Etats-Unis émetteur de 15% de GES (également en baisse de 2,6% en 2015), l'Inde qui elle a continué à augmenter ses émissions de GES de 5% en 2015, et l'Europe qui émet 10% des GES avec une augmentation de 1,4% en 2015.

Hervé de Malières