Bioaddict



reportage

Reportage : carnet de voyage au coeur de l'Inde bio et équitable

 
 
William Tan Responsable Digital et Audiovisuel
Paris

William Tan est Responsable Digital et Audiovisuel chez Alter Eco. Passionné de voyages et de photographie, son métier lui donne l'opportunité de visiter des organisations de producteurs avec lesquelles Alter Eco travaille à l'étranger. De retour d'Inde, il nous transmet son carnet de voyage accompagné d'un reportage photo. En savoir plus sur le blog : blog.altereco.com

9/9

Notre bus arrive près du cortège, nous y voyons une étendue à n'en plus finir de drapeaux aux couleurs vert et blanc d'Ekta Parishad. Nous sommes impressionnés par le nombre de personnes qui participent à la marche, il y en a jusqu'à l'horizon...

Nous descendons du bus et n'attendons pas plus longtemps pour les rejoindre dans le cortège. Beaucoup d'hommes sont vêtues de blanc, les femmes sont tout autant nombreuses sur le cortège et portent de beaux saris de diverses couleurs. L'émancipation des femmes est une cause importante aux yeux d'Ekta Parishad qui revendique à ce que les titres de propriété soient délivrés à la fois au mari et à la femme. Dans chaque village, les femmes sont invitées à se mettre en groupe pour faire valoir leurs Droits.

La marche !

Dans le cortège nous observons que la grande majorité des personnes sont des Adivassi et des Dalits (Intouchables) mais on trouve aussi des petits producteurs, des membres d'ONG indiennes, des intellectuels ainsi que des Brahmanes (prêtres indiens).
Les étrangers sont quasi inexistants sur le cortège. En effet, les autorités gouvernementales refusent à ce que des étrangers s'impliquent dans la politique de l'Inde. Les étrangers qui veulent montrer leur soutien à la marche comme notre groupe peuvent participer à seulement deux jours de marche et ne doivent pas émettre quelques slogans que ce soit. De beaux slogans et chants indiens que scandent les manifestants et les haut-parleurs des bicyclettes : " Jai Jagat " (Victoire du Monde) " Fight without Violence " (Combattre sans violence), " Ekta Parishad " (Forum de l'unité) etc...

Nous sommes transportés par l'élan et la noblesse de ces personnes qui marchent fermement plusieurs kilomètres et parfois pieds-nus... Leur bravoure se lit dans leurs regards.
Ils sont ravis de voir des étrangers participer au cortège, le signe pour eux que le Monde s'intéresse à leur cause. Ils n'hésitent pas à nous prendre par la main et à nous entraîner dans de joyeuses danses. Des tracteurs tirent des remorques avec des citernes d'eau pour abreuver en eau les marcheurs, des ambulances sont réparties tout au long du cortège. Nous sommes tous touchés par tant de bienveillance et de solidarité...

Le deuxième jour de marche auquel nous participons, nous rejoignons le cortège qui prend une route qui passe près des villages. De nombreux villageois se trouvent au bord de la route et soutiennent les marcheurs en leur offrant notamment de l'eau.
Nous nous avançons à l'avant du cortège où nous rencontrons Jill, la compagne de Rajagopal qui prend le temps de nous servir le Massala Chai (un thé au lait avec des épices).
Nous approchons enfin de Rajagopal que nous prenons le temps d'interviewer en vidéo (l'interview dans le documentaire " Un Nouveau Monde en Marche " de Julien Paumelle disponible début 2013).
Il est entouré de brahmanes qui nous remettent des colliers de fleurs autour du cou.
Touché par cette belle rencontre, nous aimerions pouvoir nous entretenir plus longuement afin de lui présenter le projet " un Nouveau Monde en marche ". Cela nous sera permis dans l'après-midi...

Rencontre avec Rajagopal

Vers 16h, un entretien nous ait accordé avec Rajagopal, nous le rejoignons dans un camp à même le sol sur un bout de route. Sur le chemin nous croisons des marcheurs au repos entrain de manger, Ekta Parishad leur offre un repas par jour. Les assiettes sont très bien remplies malgré que l'organisation manque de financements pour nourrir autant de marcheurs jusqu'à la fin de la marche.

Rajagopal nous demande de nous rapprocher et de nous installer autour de lui. Nous lui parlons des raisons de notre venue en Inde, de la rencontre des agriculteurs bio français avec des producteurs de thé du Darjeeling au nom de la défense d'un modèle agricole en polyculture à taille humaine qui respecte la biodiversité. De l'importance pour nous de soutenir les paysans sans terres et de l'admiration que nous avons pour cette marche.
C'est au tour ensuite des agriculteurs bio français et des producteurs indien de se présenter et de faire part de leur ressenti.

Rajagopal écoute attentivement tout ce que nous lui disons. Une fois que nous avons terminé, il se lève afin de pouvoir mieux se faire entendre et s'exprime d'une voix calme et déterminée.
Il évoque plusieurs pouvoirs qui ont un impact positif sur le monde comme le pouvoir de la jeunesse où pas moins de 12 500 jeunes participent à la marche, ils sont les garants de l'avenir et s'occupent de l'encadrement et de la sécurité des marcheurs afin de s'assurer que tout se passe bien. Il insista également sur le pouvoir de la Solidarité dont notre groupe en est le bon exemple, cette rencontre entre producteurs du nord et du sud prouve qu'il existe une solidarité internationale, il salue également la solidarité dont fait preuve le groupe avec la cause des paysans sans-terres indiens. Une solidarité qu'on retrouve chez les marcheurs où nous trouvons des petits producteurs qui ont des terres mais qui se sentent concernés par cette problématique des paysans sans-terres, ils comprennent leur souffrance et marchent en solidarité avec eux. Une solidarité également de la part de la classe moyenne indienne dont la participation et le soutien à la marche est beaucoup plus important que durant celle de Janadesh en 2007.

Finalement il parla du pouvoir qui est pour lui le plus essentiel qu'est le pouvoir de la non-violence active. Il s'oppose à la non-violence passive qui est de rester silencieux en s'apitoyant sur son sort. Il promeut une action non-violente qui se traduit par cette forte mobilisation afin de réveiller les pouvoirs publics et la société civile. Il souligne au passage que notre projet peut avoir un écho positif au niveau international.

Il finit par nous dire qu'il sera en France en 2013 et qu'il sera ravi de nous retrouver pour échanger plus longuement sur tous ces sujets et nous tenir au courant des avancées d'Ekta Parishad.

Nous sommes tous sous l'admiration de ce leader charismatique rempli d'humilité qui inspire confiance. Une personne qui défend une cause honorable et qui mérite le soutien de tous...