Bioaddict



Salon de l'Agriculture : les agriculteurs victimes des pesticides font du bruit

Publié Le 27 Février 2012 à 17h22
 
Un groupe d'agriculteurs et d'autres professionnels victimes des pesticides membres de l'association Phyto-victimes, ont manifesté sur le stand de l'UIPP (Union des Industries de la protection des plantes), soit le syndicat des producteurs de pesticides, herbicides et fongicides, au Salon de l'Agriculture ce 27 février 2012.
1/11

Les membres de l'association Phyto-Victimes, tous malades professionnellement reconnus, sont ainsi intervenus avec grand buit en demandant que "cesse l'hypocrisie et l'omerta sur la responsabilité des produits phytosanitaires utilisées en agriculture", chacun portant sur leur tee-shirt leur nom et le nom de la maladie reconnue par la Mutualité Sociale Agricole (MSA). On comptait notamment parmi ces manifestants l'agriculteur Paul François, qui a été récemment très médiatisé suite à son procès gagné contre la firme américaine agrochimique Monsanto, ainsi que la veuve de l'agriculteur Yannick Chénet, un agriculteur décédé il y a un an et qui avait notamment témoigné dans le film Severn de Jean-Paul Jaud sur le danger des pesticides.

" Aujourd'hui, nous sommes venus à visage découvert montrer au monde de l'agriculture que les pesticides ont fait et font encore aujourd'hui des ravages dans la population agricole française " a ainsi déclare Paul François, Président de Phyto-Victimes. C'est pour les générations futures et aussi pour les malades disparus que nous sommes là aujourd'hui. Cette situation, conséquence de la volonté de produire toujours plus quel qu'en soit le prix, n'est plus acceptable aujourd'hui. Il faut que la vérité soit dite et que nous soyons enfin reconnus comme des victimes et qu'on nous aide à ne plus dépendre demain de ces produits dangereux pour produire ".

Suite cette action symbolique au Salon de l'Agriculture, Bruno Lemaire, ministre de l'Agriculture, a demandé à renconter le jour même au SIA, les professionnels victimes des pesticides. Dans le même temps, le cabinet de François Fillon a donné rendez-vous à Phyto-Victimes mercredi prochaine à 16h30. Enfin, Dacian Ciolos, commissaire européen en charge de la PAC, a aussi donné rendez-vous à ces professionnels à Bruxelles (date non déterminée).

L'action de l'association Phyto-victimes a également reçu le soutien de Générations Futures et de la FNAB :

" Depuis une soixantaine d'années, l'agriculture française a été progressivement rendue totalement dépendante de l'utilisation massive de la chimie (engrais, pesticides). Des pesticides de synthèse dangereux ont été employés par dizaines de milliers de tonnes chaque année pendant cette période. Cette utilisation massive des pesticides comporte malheureusement une face cachée, que ses promoteurs voudraient cacher. Cette face cachée comporte bien sûr les pollutions environnementales, dont celle des eaux connue depuis maintenant près de 30 ans, ainsi que la contamination généralisée des aliments par les pesticides. Mais ce que les tenants de l'agroproductivisme veulent absolument voir rester dans l'ombre, c'est le coût sanitaire exhorbitant de l'emploi massif de pesticides de synthèse dans l'agriculture française. Et ce sont les agriculteurs eux-mêmes qui payent le plus lourd tribut à cette catastrophe sanitaire cachée. Aujourd'hui, des agriculteurs, des veuves et d'autres utilisateurs professionnels victimes de l'utilisation des pesticides osent se montrer en plein jour et accuser un système qui les a rendus malades. Il s'agit d'une avancée considérable. Générations Futures rend hommage à leur grand courage et pense aux souffrances qui les touchent, eux et leurs familles. Du courage il en faut en effet pour oser témoigner alors que l'ensemble du système agro-industriel fait régner l'omerta sur ce sujet depuis un demi-siècle ! " a ainsi précisé l'association Générations Futures dans un communiqué, en soutient à cette action symbolique de Phyto-victimes sur le salon de l'Agriculture.

" Cette manifestation de Phyto-victimes au Salon de l'agriculture nous permet aujourd'hui de voir le prix payé par les travailleurs, en agriculture et dans d'autres secteurs, pour le recours en masse aux pesticides de synthèse depuis un demi siècle. " a encore déclaré François Veillerette, Porte Parole de Générations Futures. " En plein débat électoral, il doit servir d'électrochoc et faire prendre conscience à l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle qu'une réduction rapide de l'utilisation et de la dangerosité des pesticides est désormais une priorité de santé publique. Nous attendons des engagements clairs des partis politiques là dessus. " a-t-il ajouté.

La FNAB a également soutenu l'action de l'association Phyto-victimes à travers un communiqué : " La FNAB, Fédération Nationale d'Agriculture Biologique des régions de France, soutient les demandes de l'association et s'associe à leur action. Il est temps que se termine cette époque dépassée, d'une agriculture malade de ses pratiques qui assassine à petit feu les salariés et agriculteurs qui y travaillent. Il est temps que soient mises en place les conditions d'une transition de l'agriculture vers une agriculture qui remet l'agronomie au centre et stoppe la dépendance à la pétrochimie. La FNAB appelle les agriculteurs biologiques et non bio, citoyens, à soutenir par tous les moyens adéquats les membres de l'association Phyto-Victimes. Elle demande que cessent les obstacles à la reconnaissance des maladies professionnelles."

Stella Giani