Bioaddict



Santé : le cannabis est aussi un perturbateur endocrinien !

Publié Le 23 Février 2012 à 16h55
 
Des médecins estiment que le cannabis agit aussi comme un perturbateur endocrinien dont les effets sur la santé seraient les mêmes que ceux du bisphénol A, des parabènes, ou des phtalates, notamment en termes de sexualité et de fertilité.

Alors que l'Insitut National de Veille Sanitaire (INVS) vient de publier dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) un rapport sur les effets des perturbateurs endocriniens sur la fertilité masculine et féminine, des médecins viennent de rappeler que parmi les perturbateurs endocriniens, qui dérèglent le fonctionnement normal de notre système hormonal, il y en a un qui est oublié : le cannabis.

Ce produit est pourtant connu par les spécialistes pour être un perturbateur endocrinien au même titre que des molécules comme le bisphénol A, les phtalates ou les parabènes. Il en a donc les mêmes effets.

Le cannabis serait ainsi impliqué dans la baisse de la fonction sexuelle, la baisse de la fertilité, la genèse de malformations génitales, et l'apparition de maladies métaboliques comme le diabète et l'obésité.

Or le grand public, mais aussi beaucoup de médecins ne connaissent pas ces risques. Et comme peu de patients pensent à parler de leur consommation de cannabis lors des consultations médicales, le lien est donc rarement fait entre ce produit et ces différents problèmes de santé.

C'est pourquoi des médecins, dont le Pr Jean Paul Escande, Professeur de Médecine et spécialiste Santé-Environnement, et le Pr Alfred Bernard , Professeur de toxicologie et de pharmacologie appliquée à l'Université de Louvain Belgique, viennent de décider d' alerter les consommateurs et les professionnels de santé sur ces effets méconnus du cannabis.

A la demande de Jean-Paul Garraud, député de Gironde, Françoise Branget, député du Doubs et Claude Gatignol, député de la Manche, une réunion d'information scientifique va être organisée prochainement à l'Assemblée Nationale pour faire le point sur ce sujet.
Nous ne manquerons pas de vous en reparler.

Alexandre Sieradzy