Bioaddict



Santé: le Groupe Léa Nature lance une campagne d'alerte sur la toxicité des pesticides dans l'alimentation

Publié Le 20 Mars 2012 à 11h57
 
Le Groupe Léa Nature via sa marque "Jardin Bio" lance une campagne de sensibilisation " Pesticides ? Nos enfants n'en ont pas besoin pour bien pousser ! " afin d'alerter les candidats aux élections présidentielles sur la toxicité de ces produits et la nécessité de développer l'agriculture bio.

Un enfant est exposé aux pesticides bien en avant sa naissance. L'alimentation de la maman intervient, en effet, déjà in utero, dans le développement embryonnaire.
Ainsi, selon une étude menée par le Dr Maria José Lopez (Université de Grenade) le placenta contient en moyenne 8 substances polluantes chimiques différentes, et jusqu'à 15 chez certaines patientes*.
Chez 100% des 308 femmes enceintes espagnoles entrant dans son étude, ayant ensuite donné naissance à des enfants en bonne santé entre 2000 et 2002, le Dr Lopez a trouvé au moins un type de pesticide dans le placenta. Et parmi les plus fréquents le 1,1-dichloro-2,2 bis (p-chlorophényl)-éthylène (DDE) à 92.7%, le lindane à 74,8% et l'endosulfan-diol à 62.1%.

Selon Maria José Lopez, "on ne connaît pas réellement les conséquences d'une exposition aux pesticides et perturbateurs du système endocrinien chez les enfants, mais on peut prédire qu'ils sont susceptibles de provoquer de sérieux effets puisque l'exposition du placenta se produit à des moments clés du développement embryonnaire".


La France premier pays utilisateur de pesticides

En dépit des recommandations du Grenelle de l'environnement , qui prévoit de réduire de 50% l'usage des pesticides, de retirer du marché les pesticides les plus dangereux et d'augmenter la Surface Agricole Utile (SAU) en bio, la France demeure aujourd'hui le premier pays européen utilisateur de pesticides.

Pourtant, pour le Président Fondateur de Léa Nature, Charles Kloboukoff , " les pesticides ce n'est pas une fatalité ". Il considère en effet qu' " une alternative est possible, qui passe par un engagement politique en faveur d'une agriculture respectueuse et d'une alimentation saine dénuée de pesticides ".

Le groupe demande donc aux candidats à l'élection présidentielle de " prendre en considération ce problème majeur de santé publique en accentuant l'effort de promotion et de mise en oeuvre d'une agriculture de haute qualité environnementale en collaboration avec l'ensemble du monde agricole afin de réconcilier l'homme et sa santé avec l'environnement ".

*" Maternal-child exposure via the placenta to environmental chemical substances with hormonal activity ", M. Lopez Espinosa, université de Grenade, Espagne, 2007.

**92 substances actives pesticides sont classées cancérigènes possibles ou probables par l'UE ou l'Agence de Protection de l'Environnement des États-Unis (US-EPA) - IEW/MDRGF 2004.

Christina Vieira