Bioaddict



Ségolène Royal suspend l'écotaxe : les transporteurs routiers ont gagné

Publié Le 9 Octobre 2014 à 16h03
 
Après avoir échangé avec les responsables des fédérations professionnelles de transport routier, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal et le secrétaire d'Etat chargé des transports Alain Vidalies, ont décidé de suspendre "sine die" le dispositif de l'écotaxe ce jeudi 9 octobre.
Ségolène Royal suspend l'écotaxe : les transporteurs routiers ont gagné

Le communiqué du ministère de l'Ecologie précise qu'un "groupe de travail de co-construction d'une solution va être créé et qui se mettra en place, la semaine prochaine, avec toutes les parties prenantes". L'objectif est "d'intensifier la recherche de solutions sur la situation économique et sociale globale du secteur, notamment le chantier de la compétitivité, pour permettre au transport routier français de préserver ses entreprises et ses emplois."

Ni écotaxe, ni péage transit poids lourds. Les transporteurs routiers ont eu raison de toutes les taxes poids lourds. Ils sont d'ailleurs annoncé dans la foulée qu'ils renonçaient à leur mouvement de grève.

La lutte contre la pollution de l'air en question

"Je suis scandalisée parce que si cette écotaxe avait été mise en place, c'était surtout pour avoir une évolution du trafic routier, diminuer les pollutions et harmoniser au niveau européen ce qui se fait déjà dans d'autres pays. Et aujourd'hui, on arrête tout parce qu'il y a un ultimatum des routiers alors même qu'ils ont eu beaucoup de contreparties à cette écotaxe depuis 2009", a déclaré à l'AFP, suite à cette annonce du gouvernement, Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV).

"Je suis scandalisée que dans ce pays, le jour où on discute de la loi sur la transition énergétique, on ne soit pas capable d'avoir des mesures fortes pour lutter contre la pollution de l'air et d'avoir d'autres pratiques en matière de trafic routier. Qui va payer pour la pollution de l'air ? Pour l'entretien des routes ? (...) Ça va être encore les consommateurs, les citoyens et les automobilistes", a-t-elle poursuivi.

L'écotaxe, qui devait initialement entrer en vigueur en juillet 2013, a été repoussée à deux reprises avant d'être suspendue puis remplacée par le péage de transit. Celui-ci devait être mis en place au 1er janvier 2015, mais avait été repoussé aux premiers mois de 2015.

Il faut savoir que ce dispositif, qui existe dans de nombreux autres pays en Europe (Allemagne, Autriche, République Tchèque, Slovaquie, Pologne...), a déjà démontré des succès probants, en privilégiant les circuits courts et une utilisation plus effective du transport routier. En Allemagne, cette taxe génère plus de 4 milliards d'euros.

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux EELV expliquent également : "En France, le dispositif de l'écotaxe aurait permis de financer et de développer d'autres modes de transports, moins polluants, comme le frêt ferroviaire et fluvial. De nombreux projets sont désormais gravement menacés. S'ils parviennent à voir le jour, ce sera au prix d'efforts supplémentaires de la part des contribuables, qui paieront pour les pollueurs. Les questions locales de pollutions sonores, de pollutions de l'air, de rénovation des routes, rencontrées par nos concitoyens, ou les questions internationales d'émissions de Gaz à effet de serre et de réchauffement climatique ne sont malheureusement pas, elles, reportées "sine die"..."

Stella Giani